Pourquoi les super-héros fascinent-ils tant ?

Blockbusters, séries télé, bandes dessinées et même expositions au musée… Les surhommes en collant rencontrent un incroyable succès depuis leur renaissance au cinéma au début des années 2000, comme en témoigne encore la sortie de Justice League mercredi 15 novembre. Ce grand raout de justiciers jusque-là éparpillés dans différents opus – Superman, Batman, Wonder Woman… – constitue un point d’orgue pour les fans et l’un des films les plus attendus de la rentrée.

Les essais et détournements mêlant philosophie et super-héros se multiplient

Selon Laurent de Sutter, professeur en théorie du droit et directeur d’un ouvrage dédié, « cet engouement témoigne d’une démocratisation progressive de l’héroïsme ». Celui-ci n’apparaît plus comme l’apanage de demi-dieux lointains et inaccessibles, incarnant de façon flatteuse une civilisation américaine triomphante au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Les films actuels mettent en scène des hommes, certes dotés d’incroyables pouvoirs, mais à bien des égards ordinaires. Lire la suite

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Livres, Loisirs, Philosophie

Plongée dans la crise de la brique espagnole

« Bricks« , premier film du sociologue Quentin Ravelli, sort sur les écrans le 18 octobre : ce documentaire nous fait vivre la crise économique espagnole aux côtés des victimes de crédits immobiliers toxiques et dans leurs luttes contre les expropriations, tout en nous offrant un regard panoramique sur la finance et le capitalisme. Cette interview est parue sur CNRS Le Journal.

‘Bricks’ / Bande-annonce officielle / Sortie le 18 octobre

Vos premières recherches portaient sur l’industrie pharmaceutique. Comment en êtes-vous venu à travailler sur la crise financière et immobilière en Espagne ?

Quentin Ravelli (1)  : L’idée est à chaque fois de suivre la « biographie sociale » d’une marchandise, qu’il s’agisse de médicaments, de briques ou de crédits à risque. La façon dont ces produits sont conçus, réalisés puis diffusés révèle toute une conception de l’économie politique.

Dans ma thèse de doctorat, j’ai par exemple essayé de comprendre pourquoi certains médicaments comme les antibiotiques ont paradoxalement tendance à renforcer les bactéries qu’ils sont supposés combattre. Concrètement, plus ces médicaments sont diffusés, moins ils sont efficaces, et plus nous sommes susceptibles de tomber malades ! Je me suis demandé si d’autres produits suivaient un parcours similaire, ce qui me paraît être le cas des crédits immobiliers à risque, censés « démocratiser » la finance et la petite propriété. Plus vous prêtez de l’argent à des personnes qui ne pourront pas le rembourser, plus vous êtes susceptible de les appauvrir en les enfermant dans une situation de surendettement, jusqu’à ce que les résistances sociales cèdent. Cette spirale a été particulièrement dévastatrice en Espagne, car toute une « économie de la brique » était nourrie par ces crédits impossibles à rembourser.

Concrètement, en quoi la production de briques, qui est au cœur de votre film (2), a-t-elle fini par appauvrir ceux qu’elle était supposée enrichir ?

Q. R. : Dans les années 1990, l’extension des crédits immobiliers à risque permet à des millions de personnes, qui ne peuvent pas devenir propriétaires autrement, d’acheter un appartement. En Espagne, cela fait gonfler le secteur de la construction et notamment la production de briques, une spécialité nationale. Selon les estimations, entre 15 et 25 % du PIB est fondé sur ce modèle de croissance dans les années 2000 : beaucoup d’Espagnols travaillaient directement ou indirectement dans ce secteur, et l’argent qu’ils gagnaient comme constructeurs de logements leur permettaient d’emprunter pour acheter un appartement… La boucle était bouclée. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Politique, Sciences, Société

À découvrir : la revue « Spirit »… et un reportage sur le Forum 104

Une nouvelle revue est arrivée en kiosque : Spirit, « cousin spirituel » de Psychologies magazine, comme le résume sa directrice éditoriale, Flavia Mazelin, dans l’édito du premier numéro. Cliquez ici pour en savoir plus et pour le commander en ligne.

Pour ce premier numéro, j’ai eu le plaisir de réaliser un reportage sur le Forum 104 : depuis une trentaine d’années, ce centre culturel organise chaque semaine des dizaines d’activités centrées sur l’épanouissement personnel, les sciences humaines ou encore les religions : de la conférence tout public aux ateliers les plus ésotériques. À découvrir !

Poster un commentaire

Classé dans Loisirs, Philosophie, Psychologie, Religion, Sciences

Comment de bonnes idées viennent-elles aux créatifs ?

« Rien n’est plus admirable que la promptitude avec laquelle l’imagination suggère ses idées et les présente à l’instant même où elles deviennent nécessaires et utiles » : en quoi cette citation du philosophe David Hume, extraite de son Traité de la nature humaine (1739 – 40) permettrait d’éclairer d’éclairer la pratique managériale ? Éléments de réponse dans Management (n° 256, octobre 2017). Retrouvez également le point de vue du philosophe Charles Pépin, notamment auteur des Vertus de l’échec (Allary éditions).

Poster un commentaire

Classé dans Management, Philosophie

Emmanuel Macron : autoritaire ou partisan de l’intelligence collective ?

Après une campagne décentralisée, émaillée d’éloges de la société civile et paraissant rompre avec une conception pyramidale du pouvoir, Emmanuel Macron a rapidement renoué avec la figure traditionnelle du “chef” autoritaire.

Cet article est parue dans Management (n° 256, octobre 2017), dans le cadre du dossier sur « le nouvel art du pouvoir en entreprise ». Merci, pour leurs analyses et témoignages, à :

  • Isabelle Barth, professeure de management à l’EM Strasbourg Business School
  • Thierry Herrant, spécialiste de communication politique
  • Emile Servan-Schreiber, cofondateur de deux cabinets spécialisés en intelligence collective, Lumenogic et Hypermind
  • Bastoun Talec, consultant indépendant spécialisé en holacratie

Poster un commentaire

Classé dans Management, Politique

Pour ou contre… le retour à la semaine de 4 jours à l’école ?

En juin dernier, un décret a permis aux communes de revenir au rythme de quatre jours au lieu des 4,5 en vigueur depuis 2013. Deux élus de terrain nous ont donné leurs arguments en faveur ou contre cette nouvelle réforme pour la rentrée 2017.

Ce article est paru dans Version Femina (n° 807, semaine du 18 au 24 septembre 2017). Merci à Yann Benhayoun , adjoint au maire à l’éducation et aux affaires scolaires pour le 3e arrondissement de Lyon (Rhône), et Patrick Bobet, maire du Bouscat (Gironde), pour leurs témoignages.

Poster un commentaire

Classé dans Société

Est-ce qu’on en attend trop de l’école ?

Enseigner le français, les maths, l’histoire… Mais aussi former des citoyens responsables, engagés, militants… Mais aussi faire de chaque élève un individu épanoui, créatif, curieux… Les profs peuvent-ils vraiment remplir toutes les missions qui leur sont demandées ? Cinq experts nous donnent leur point de vue.

Ces interviews sont parus dans Version Femina (n° 806, semaine du 11 au 17 septembre 2017). Merci aux spécialistes pour leurs analyses et témoignages :

Poster un commentaire

Classé dans Société