Archives de Catégorie: Histoire

La Lune, reflet de nos croyances

La Lune inspire depuis toujours des récits mythologiques à toutes les cultures et civilisations. Souvent religieux, ils sont aussi teintés de considérations politiques et sociales. Des premiers mythes sur l’apparition de la vie et de la mort, du bien et du mal, à l’invention des calendriers et aux superstitions sur la biodynamie, tour d’horizon de croyances plus ou moins lunaires.

Cet article est paru dans Ça m’intéresse – Questions et Réponses daté de juillet 2019. Un grand merci à l’anthropologue Jean-Loïc Le Quellec, coauteur du Dictionnaire critique de mythologie (CNRS éd., 2017), et à Yaël Nazé, astrophysicienne à l’Université de Liège et autrice de Astronomie du passé (Belin, 2018).

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Ça m'intéresse, Histoire, Philosophie, Pop culture, Psychologie, Religion, Sciences, Société

Spirou, un héros dans la tourmente

Créé à l’aube de la Seconde Guerre mondiale par l’illustrateur français Rob-Vel, popularisé par Jijé et Franquin, le célèbre groom bruxellois est amené, dans cet album en forme de flash-back, à développer une conscience politique. Dès les premières planches, une bataille de boules de neige entre enfants donne le ton de la Belgique des années 1940 : « À mort les Boches », « Crevez, sales Français », « Les Rosbifs, on en fait du pâté ! »… Jusqu’au moment où un gamin glisse un caillou dans sa boule et en blesse un autre à la tête. Spirou s’interpose mais assiste impuissant à la montée de l’intolérance, du racisme et du bellicisme.

La reconstitution historique est d’une rare précision. Émile Bravo s’est appuyé sur une abondante documentation et notamment sur les rapports de Paul Struye, un politicien belge qui a décrit la vie quotidienne sous l’occupation nazie. Le dessinateur privilégie une gamme de couleurs terreuses et multiplie les scènes sous la pluie au fil de l’histoire. Spirou découvre la réalité du conflit : les combats et les morts, la nécessité de prendre les armes, ou bien de fuir vers la France… qui a fermé ses frontières aux réfugiés. Amoureux d’une jeune juive communiste disparue en Allemagne, ami d’un peintre abstrait taxé de « dégénéré », il rencontre des boy-scouts embrigadés, des curés anticommunistes, mais aussi des paysans humanistes et probablement résistants. Les tensions entre Flamands et Wallons, attisées par l’occupant, sont évoquées à travers des mouvements comme la Ligue flamande et le rexisme.

Encore très jeune, Spirou se forge peu à peu son opinion dans une histoire appelée à se développer sur plusieurs tomes. Son ami Fantasio, lui, fait office d’homme naïf de son temps. N’ayant pas de recul sur les événements, se laissant facilement embrigader s’il y trouve un intérêt, il bascule dans le journalisme de collaboration. Cette leçon d’histoire en images est à mettre entre toutes les mains.

Spirou, L’espoir malgré tout , Émile Bravo, Dupuis, 2018, BD, 88 p., 16,50 €. Cet article est paru dans la rubrique spéciale « livres d’été » du magazine Sciences Humaines (n° 317, juillet – août 2019)

Poster un commentaire

Classé dans Histoire, Livres, Pop culture

Un autre regard sur l’histoire de l’Afrique

Historien et archéologue spécialiste de l’Afrique, François-Xavier Fauvelle vient d’être élu professeur au Collège de France. Une nouvelle occasion pour lui de combattre les préjugés sur ce continent et d’en rafraîchir la représentation. Cette interview est parue dans Carnets de science, la revue du CNRS (#6, printemps – été 2019). À retrouver en kiosque ou en ligne.

À lire également pour changer de regard  : L’Afrique ancienne De l’Acacus au Zimbabwe. 20 000 avant notre ère – XVIIe siècle, dirigé par François-Xavier Fauvelle (éd. Belin, 2018),

Poster un commentaire

Classé dans Histoire, Sciences

Qui sommes-nous ? L’humanité en 200 questions

Le dernier numéro de Ça m’intéresse, Questions & Réponses (n° 26, mai – juillet 2019), est consacré à l’humanité : Comment est-elle apparue ? le rire lui est-il vraiment propre ? Nos corps ont-il atteint une limite et peuvent-ils être augmentés ? Des chercheurs et spécialistes répondent à toutes les questions, même les plus anecdotiques, sur nos origines, notre évolution et notre avenir. À découvrir en kiosque ou en ligne !

J’ai eu le plaisir de réaliser de nombreux articles pour ce numéro, sur des questions aussi variées que : peut-on ressusciter Néandertal ? Dans quel sport sommes-nous meilleurs que les animaux ? Notre cerveau est-il vraiment si spécial ? L’espèce humaine est-elle la seule à en avoir domestiqué d’autres ? Et bien d’autres encore…

Un grand merci aux chercheurs et spécialistes qui ont pris le temps de me répondre :

  • Antoine Balzeau, paléoanthropologue (CNRS/MNHN)
  • Céline Bon, anthropologue et paléogénéticienne au MNHN
  • Jean-Paul Demoule, archéologue et historien, notamment auteur de Les dix millénaires oubliés qui ont fait l’Histoire (Fayard, 2017)
  • Joël Fagot, primatologue, responsable de l’équipe « Cognition Comparée » à l’Université d’Aix-Marseille
  • Pierre-Henri Gouyon, socio-anthropologue et biologiste (MNHN/CNRS), co-auteur de À quoi sert le sexe ? (Belin, 2013)
  • Michael Houseman, ethnologue à l’École pratique des hautes études (EPHE)
  • Pascal Picq, paléoanthropologue, notamment auteur de La marche : Sauver le nomade qui est en nous (éd. Autrement, 2015)
  • Sandrine Prat, paéloanthropologue (CNRS/MNHN)
  • Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, notamment auteur de du Petit traité de cyberpsychologie (Le Pommier, 2018)
  • Jean-Denis Vigne, archéologue et biologiste (CNRS/MNHN)

Poster un commentaire

Classé dans Ça m'intéresse, Histoire, Sciences, Société

Patrimoine : la machine à remonter le temps existe-t-elle ?

Reconstitution de lieux, de sons d’odeurs… Des scientifiques recréent un patrimoine disparu depuis des siècles pour mieux nous immerger dans l’Histoire. Cet article est paru dans Ça m’intéresse – Questions & Réponses (n° 25, février – avril 2019), consacré aux secrets de notre patrimoine. À découvrir en kiosque ou en ligne !

Un grand merci pour leurs témoignages et leur expertise à :

  • Étienne Anheim, historien spécialiste du Moyen-Âge
  • L’historienne Isabelle Bakouche et la sociologue Sarah Gensburger, créatrices de la série de “bulles sonores” Gens de la Seine
  • Annick le Guérer, historienne, anthropologue et philosophe spécialiste des parfums et odeurs
  • Bruno de Sa Moreira, cofondateur d’Histovery, à l’origine de l’HistoPad

Poster un commentaire

Classé dans Ça m'intéresse, Histoire, Sciences

Religion : quand les genres et les sexes se confondent

Les religions sont loin de parler d’une même voix de l’homosexualité, du travestissement ou encore de « troisième genre ». Si une attitude de rejet reste largement partagée, l’acceptation voire la valorisation de l’ambivalence sexuelle n’est pas anecdotique pour autant.

Cet article est paru dans un hors-série du Monde des religions, consacré au corps et au sacré (n° 30, juin 2018) – à découvrir en ligne !

Dans la mythologie hindoue, le dieu Shiva et la déesse Parvati s’épousent et se mêlent pour devenir Ardhanarishvara, « le seigneur androgyne ».

 

À lire pour aller plus loin :

Poster un commentaire

Classé dans Histoire, Religion, Société

À Strasbourg, un pan d’histoire entre au patrimoine

Bâti par l’empire allemand après la guerre de 1870, la « Neustadt » de Strasbourg est entré en 2017 au patrimoine mondial de l’Unesco. Une sociologue se penche sur le rapport des habitants à ce vaste ensemble architectural, entre histoire, patrimoine et vie quotidienne. Cet article est paru dans CNRS Le Journal.

Vue du palais universitaire, dans le quartier de la Neustadt, à Strasbourg, en 2016. © C. SCHRODER/Université de Strasbourg

Avec ses villas chics et ses rues populaires, son architecture de style Art nouveau, néogothique ou encore heimatschutz, la Neustadt à Strasbourg brille par son éclectisme mais n’en conserve pas moins une troublante homogénéité. C’est peut-être cette singularité qu’a voulu consacrer l’Unesco, en inscrivant une grande partie de cet ensemble de quartiers au patrimoine mondial de l’humanité, le 9 juillet 2017 (le quartier médiéval de la Grande Île est lui inscrit depuis 1988). Ces immeubles bourgeois de quatre ou cinq étages, édifiés à partir des années 1880 et alors à la pointe de la modernité, avec leurs grands espaces intérieurs et leurs équipements de confort, ont en effet traversé le temps sans avoir à subir de rénovations profondes, perpétuant le souvenir brut d’une époque révolue.

« Beaucoup de bâtiments avaient dès l’origine des ascenseurs, le gaz à tous les étages, des balcons ou encore des jardins privés », détaille Cathy Blanc-Reibel, qui mène une thèse sur l’institutionnalisation de ce patrimoine. Pour répondre aux nouveaux modes de vie du XXIe siècle, des aménagements ont certes dû intervenir ici ou là – jardins transformés pour accueillir des conteneurs de tri sélectif ou des bicyclettes, cuisine rapprochée du salon dans certains appartements, etc. Mais la volonté de préserver ce morceau d’histoire semble paradoxalement plus forte que jamais. « Les pratiques ordinaires des habitants s’efforcent de concilier deux injonctions antagonistes, poursuit la chercheuse : le respect du patrimoine et son usage au quotidien. »

Naissance d’une conscience patrimoniale

Contrairement à une idée reçue, la « Neustadt » – « ville nouvelle » en allemand – n’est donc pas la « mal aimée » de Strasbourg, au motif qu’elle fut bâtie au sortir de la guerre franco-prussienne de 1870, lorsque l’Alsace-Lorraine était passée sous l’autorité du deuxième Reich. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Histoire, Société