Archives de Catégorie: Philosophie

Généalogies et nature du transhumanisme

Jadis assimilé à de la science-fiction, le transhumanisme fait régulièrement la couverture des magazines depuis quelques années. Les progrès en génétique, en informatique, en robotique donnent à penser que l’humanité aura la possibilité d’améliorer sa condition biologique comme jamais auparavant, voire de se transformer en une autre espèce, comme le souhaitent certains transhumanistes radicaux. Cette perspective a suscité une flopée d’essais alarmistes trop souvent mal informés, laissant toutefois une place à quelques perles, comme cet ouvrage collectif.

Tendances multiples
Cet état des lieux savant et tempéré, écrit pour le plus grand nombre, réunit les analyses de chercheurs en sciences sociales et de philosophes, spécialistes de cette mouvance comme de questions éthiques et politiques connexes. Si le transhumanisme paraît renvoyer aux sempiternelles tentatives de l’humanité pour s’émanciper de contraintes biologiques et échapper à la mort, la diversité des courants s’en réclamant remet en question son unité : qu’y a-t-il de commun entre les partisans raisonnés du progrès biotechnologique et médical et les militants eugénistes, par exemple ? Lire la suite

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Sciences, Société

Gilets jaunes : la France rurale est-elle laissée à l’abandon ?

« Fracture territoriale » : l’expression est assénée comme une évidence pour expliquer le mouvement des Gilets jaunes – de fait plus marqué à l’extérieur des grandes agglomérations. Mais le sentiment d’abandon des périphéries correspond-il à la réalité ? Les réponses tranchées d’un spécialiste de la cartographie électorale, Jérôme Fourquet, directeur du pôle Opinion et Stratégies d’Entreprise de l’Ifop, notamment auteur du Nouveau clivage (Cerf, 2018), et d’un géographe féru de « justice spatiale », Jacques Lévy, co-auteur de Théorie de la justice spatiale (Odile Jacob, 2018).

Cet entretien croisé est paru sur Philonomist, nouveau site web de Philosophie magazine dédié au monde de l’entreprise et aux questions économiques. À découvrir en ligne !

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Politique, Société

« Une carte cérébrale n’a rien de neutre ! » trois questions à… Giulia Anichini

L’anthropologue Giulia Anichini, auteure de La Fabrique du cerveau (Éditions matériologiques, 2018) a passé deux ans dans des laboratoires de neuro-imagerie. Elle remet en question la neutralité des images utilisées en neurosciences pour localiser des « zones du cerveau » supposées responsables de comportements sociaux.

Cette interview est parue dans Sciences Humaines (n° 310, janvier 2019), dans le cadre d’un grand dossier sur « le cerveau en 12 questions« . À découvrir en ligne (accès abonné) ou en kiosque !

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Psychologie, Sciences

Philosophie du soin et de la médecine

Quels philosophes, historiens et épistémologues se sont penchés sur la question de la maladie, du soin et de la médecine ? Sciences Humaines consacre son dernier numéro “Les Grands dossiers » (n° 53, décembre 2018, janvier – février 2019) à ce thème, moins connu que les essais sur le le bonheur, la liberté ou encore l’identité. Pourtant ce champ disciplinaire est tout aussi riche et dynamique aujourd’hui – des antiques traités d’Hippocrate ou Galien aux travaux contemporains sur le « care » et l’éthique médicale. Dans la rubrique “points de repère”, je vous propose un panorama des philosophes, classiques ou toujours en activité, attachés à ces questions brûlantes. Il ne prétend pas à l’exhaustivité mais vous donnera rapidement quelques clés et, je l’espère, l’envie d’aller plus loin.

À lire :

 

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Sciences

Dialectique de la pop

Ce livre n’est pas un nouvel opus de « pop philosophie » débusquant les idées d’un Nietzsche ou d’un Platon dans le dernier tube de l’été. Il propose une analyse esthétique de cette musique légère et « mauvaise sans exception », telle que la dénigrait Theodor Adorno. Face à ce rejet élitiste des hits d’Abba ou de Claude François, la philosophe et musicienne Agnès Gayraud commence par constater que la pop a désormais gagné : elle est partout et sa légitimité culturelle est rarement contestée.

Prenant acte, l’auteure considère l’histoire et la spécificité de cet art musical aux multiples facettes, son analyse valant autant pour la « pop », au sens restreint, que pour les musiques populaires en général, folkloriques ou alternatives. Contrairement aux formes jugées plus savantes, reposant sur l’écrit et la partition, la pop naît à l’origine de l’enregistrement de performances quasi sauvages, comme les premières ballades et morceaux de blues-rock radiodiffusés aux États-Unis, au début du 20e siècle. C’est cet enregistrement qui fait l’œuvre pop, non seulement en tant qu’il la colore d’un grain particulier – le crissement du vinyle, la qualité de son d’une époque –, mais surtout parce qu’il démocratise son écoute : pour la première fois dans l’histoire, tout le monde peut écouter le hit du moment.

La pop vise dès lors un engouement universel, qui ne sacrifie cependant rien à ses qualités esthétiques. À l’instar de la « juste mesure » théorisée par Mozart, elle entend emballer les experts comme les béotiens. Mais comment plaire à tous quand, en tant qu’artiste, on souhaite exprimer sa différence et son originalité ? La « dialectique de la pop » désigne cette « lutte intestine » entre un élan presque enfantin, au cœur des grands succès, et les mécanismes de standardisation de l’industrie musicale. À l’avenir, remarque A. Gayraud, d’autres formes musicales émergeront de nouvelles conditions de production, la diffusion numérique et le streaming se substituant à l’édition discographique.

Dialectique de la pop, Agnès Gayraud, La Découverte/La Rue musicale, 2018, 522 p., 26,50 €. Cet article est paru dans Sciences Humaines (n° 309 – décembre 2018)

Poster un commentaire

Classé dans Loisirs, Philosophie, Société

Spirou et Fantasio, c’est toute une philosophie !

Un couple nietzschéen, un écureuil socratique, une journaliste disciple de Simone de Beauvoir… Ces petits personnages donnent de grandes leçons de vie. Contrairement à la plupart des héros de BD, Les aventures de Spirou et Fantasio n’appartiennent pas à un auteur en particulier mais à une maison d’édition. Résultat, pas moins d’une trentaine de bédéastes ont dû réinventer cet univers tout en respectant ses codes, son ADN, sa philosophie.

Les fans attendaient au tournant ! Pas question de bouleverser du jour au lendemain le couple si singulier que forment les deux héros, la conception du bien et du mal défendue face à leurs antagonistes, ou la présence surréaliste d’un écureuil pétri de sagesse à leurs côtés. De fait, il y a une vraie continuité d’un auteur à l’autre, même chez les plus innovants, laissant présager que ces aventures pourraient avoir une portée plus universelle qu’il n’y paraît. Focus sur six grandes idées qu’incarnent le célèbre groom et ses compagnons.

Cet article est paru dans le Hors-série de Ça M’intéresse consacré aux aventures de Spirou (n° 13,  24 octobre 2018). Cliquez ici pour le commander en ligne !

Poster un commentaire

Classé dans Ça m'intéresse, Livres, Loisirs, Philosophie

Un grand footballeur fait-il un bon manager ?

Thierry Henry a pris les rênes de l’AS Monaco, marchant dans les pas de joueurs d’exception devenus entraîneurs – comme Didier Deschamps ou Zinédine Zidane. Mais, comme l’expliquait déjà Kant, la connaissance du terrain ne fait pas tout lorsqu’on bascule dans la direction des opérations.

Cet article est paru dans Philonomist, nouveau site web de Philosophie magazine consacré au management et au monde de l’entreprise. À découvrir en ligne !

Poster un commentaire

Classé dans Management, Philosophie, Travail