Archives de Catégorie: Philosophie

Retrouvez l’intelligence du geste

Après son expérience à l’usine, la philosophe Simone Weil dénonce l’aliénation induite par des tâches répétitives et célèbre la « spiritualité » au cœur d’un authentique labeur, notamment dans son ouvrage sur La condition ouvrière (1951). Cette chronique est parue dans Management (n° 283, avril 2020). Rendez-vous sur le site de Prisma pour le télécharger ! À retrouver en prime  : l’art de manager comme Le Prince de Machiavel. Découvrez en quoi la fougue serait utile aux leaders. 

Poster un commentaire

Classé dans Management, Philosophie, Travail

« Falaise de verre » : les femmes sont promues capitaines quand le bateau coule

Si le phénomène du « plafond de verre » est bien documenté depuis les années 1980, deux universitaires ont fait un pas de plus en 2005, en dévoilant les conditions de nomination de femmes parvenues malgré tout à des postes à responsabilité. Michelle Ryan et Alexander Haslam, chercheurs en sociologie et psychologie des organisations, ont passé en revue les entreprises du FTSE 100 – l’équivalent britannique du CAC40 – et fait un constat éloquent : les boîtes qui nomment des femmes à des postes de direction ont plus souvent subi de mauvaises performances sur les marchés boursiers dans les cinq mois précédents. En clair, les femmes sont promues capitaines quand le bateau coule ! Rendez-vous sur Philonomist pour lire la suite de cet article.

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Société, Travail

Bonheur d’apprendre et d’enseigner : numéro spécial de Sciences Humaines !

Le magazine Sciences Humaines consacre l’un de ses Grands Dossiers (mars-avril-mai 2020) à l’école, au « bonheur d’apprendr, d’enseigner », et aux innovations pédagogiques. J’ai eu le plaisir de faire un point sur quelques initiatives menées conjointement par des professeurs, des collégiens ou encore des lycéens.

Un grand merci à toutes et tous pour leurs témoignages. Rendez-vous en sur le site de Sciences Humaines pour lire plus d’articles consacrés à l’éducation, à l’enseignement et à la pédagogie.

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Société

Philosophie en séries

En explorant une situation sous tous ses angles et sur le long terme, les séries télés deviennent de véritables outils de développement personnel ou professionnel. Elles constituent aussi des leçons de vies, comme le détaille la philosophe Sandra Laugier dans Nos vies en séries (Flammarion, 2019). Cette chronique est parue dans Management (n° 282, mars 2020). Rendez-vous sur le site de Prisma pour le télécharger ! À retrouver en prime  : l’art de manager comme Le Prince de Machiavel. Découvrez en quoi l’hypocrisie peut être un mal nécessaire.

Poster un commentaire

Classé dans Management, Philosophie

Retour vers le vivant : qu’en pense Gaïa ?

Envisager le monde et ses habitants comme s’ils faisaient partie d’un même organisme : c’est le changement de point de vue que propose une « l’Hypothèse Gaïa » et ses interprètes depuis les années 1970. Ce dossier est paru dans L’ADN, la revue (n° 21, Décembre 2019 – Février 2020), à retrouver en kiosque ou en ligne ! Un grand merci aux spécialistes qui ont pris le temps de répondre à mes questions : en particulier Sébastien Dutreuil, philosophe, historien des sciences, auteur d’une thèse de référence sur l’Hypothèse Gaïa, et Philippe Bertrand, climatologue, notamment auteur de Les Attracteurs de Gaïa (Publibook, 2008).

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Sciences, Société

3 critiques d’essai dans Sciences Humaines

Un essai sur la question fondamentale de toutes les sciences, une interrogation sur la métaphysique du réel, et une analyse du potentiel philosophique de toute architecture : c’est à retrouver dans les pages du « Livres » de Sciences Humaines (n° 322, février 2020)

Pourquoi ? Une question pour découvrir le monde, Philippe Huneman, Autrement, 2020, 368 p., 19,90 €

C’est peut-être la question la plus fondamentale de toutes. Nous la posons cent fois par jour, elle est au cœur des sciences et des techniques, et hante nos soucis pratiques comme métaphysiques. Et le plus beau, c’est qu’elle tient en un seul mot : « pourquoi ? » Pourquoi la vie, le monde, la pluie et le beau temps ? Pourquoi ce collègue est-il grognon ? Pourquoi l’espace-temps a-t-il vibré quand deux trous noirs ont fusionné ? Cette interrogation ouvre sur des réponses très différentes, avertit le philosophe des sciences Philippe Huneman. On cherchera tantôt la cause d’un effet, tantôt une raison pouvant justifier une croyance, tantôt une intention justifiant un comportement… Or cette pluralité de sens a-t-elle un référent commun ? Est-ce une homonymie trompeuse, ou y a-t-il un fondement commun à toutes ces questions ?

Renouant avec un rationalisme classique, porté par Descartes, Spinoza, Leibniz ou, plus près de nous, David Lewis, P. Huneman envisage une certaine universalité du principe de raison : il n’est pas absurde d’imaginer que tous les « parce que » soient reliés, que toutes les explications puissent converger ; l’enchaînement des causes à leurs effets, celui des raisons à leurs conséquences pourraient être de même nature. Pour autant, à la suite de Kant, de Hume et des science studies, P. Huneman dénonce notre tendance à pousser la question « pourquoi ? » au-delà des limites du raisonnable. La recherche de sens n’est paradoxalement pas satisfaite par l’énumération de seules causes, et nous pousse à imaginer des explications totalisantes, idéalisées mais invérifiables ou absurdes…

Peut-on espérer atténuer notre insatisfaction ? Sur ce point, P. Huneman reconnaît que la science et la philosophie sont en grande partie impuissantes. Au final, toute proposition métaphysique ne pourrait être évaluée qu’en fonction de ses coûts et de ses bénéfices épistémiques, sans prétendre représenter une théorie unique et définitive de la causalité de toutes choses.

Qu’est-ce que le réel ?, Jean-Marc Ferry, Le Bord de l’eau, 2019, 166 p., 17 €

C’est un bref essai surprenant, qui rapproche des pistes a priori très divergentes. D’un côté, c’est une réflexion métaphysique sur la nature de la réalité et de la vérité, une critique de l’autorité de la science et un éloge en contrepoint de la communication libre et ouverte. Bref, une démonstration philosophique serrée, qui pourrait être difficile à suivre s’il n’y avait pas une autre dimension. Car Jean-Marc Ferry applique son propos à des faits d’actualité concrets tels que les fake news, le complotisme, les expériences paranormales. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Livres, Philosophie, Sciences

La sagesse de Stars Wars, tu découvriras

Le neuvième épisode de La Guerre des étoiles sort le 18 décembre au cinéma, concluant provisoirement une saga entamée… en 1977 ! Le philosophe Gilles Vervisch, déjà auteur de La philo contre-attaque en 2015, récidive pour l’occasion avec Star Wars, le retour de la philo (Le Passeur, 2019), dédié aux dimensions politiques, existentielles ou encore métaphysiques du célèbre space opera. Car George Lucas rêvait de conjuguer un western film de guerre du type Apocalypse Now, un récit de samouraï à l’image du cinéma d’Akira Kurosawa, des considérations spirituelles d’inspirations européenne et surtout asiatique – bouddhisme, taoïsme, bushidō…

Ainsi les chevaliers Jedi, sorte de maîtres zen, apprennent à leurs jeunes élèves à se libérer des apparences pour découvrir la force tapie en toute chose. Ils s’opposent aux sombres Sith, parvenus à la tête d’un empire à force de manœuvres politiques et de stratégies d’asservissement. Leur affrontement illustre une opposition philosophique classique entre l’intuition et la technique. Les Jedi désapprennent à penser et à raisonner pour se fier à leur instinct. Ils privilégient de ce fait un mode de vie épuré, proche de la nature et ascétique. La philosophie de Henri Bergson n’est pas loin, mais conjuguée aux stoïciens et aux épicuriens ! Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Pop culture

« Un auteur a changé ma vie »

Il arrive qu’un livre exerce un effet puissant et durable sur son lecteur : il enclenche une vocation professionnelle, donne le goût du voyage, fait bifurquer l’existence… J’ai eu le plaisir de recueillir trois témoignages en ce sens pour Sciences Humaines, dans un numéro dédié au « pouvoir des livres ».

Philippe Huneman, philosophe de la biologie au CNRS, n’aurait probablement pas fait ce métier s’il n’avait jamais lu Jay Gould. Renan Larue, Professeur à l’université de Californie, à Santa-Barbara (États-Unis), est devenu végétarien en lisant Ovide. Marie Leroy-Collombel, Maîtresse de conférences en sciences du langage, a éveillé sa conscience politique en lisant Orwell. Et Cécile Van den Avenne, sociolinguistique spécialiste du contact colonial et des pratiques langagières en Afrique de l’Ouest, a été fascinée par la lecture de Patrick Chamoiseau. Un grand merci pour leurs témoignages ! À retrouver sur le site de Sciences humaines.

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Sciences, Sciences du langage, Société

Penser avec les oreilles

Pourquoi entendons-nous dans notre tête différentes voix et intonations, des changements de rythme ou de volume sonore, lorsque nous lisons un texte ? D’où viennent ces sonorités et, surtout, contribuent-elles à donner du sens au propos déchiffré ? Friedrich Nietzsche – dont il est difficile de lire un paragraphe sans percevoir des accents de tribun – dénonçait « la cire dans les oreilles » des philosophes classiques, tout accaparés qu’ils étaient par une appréhension visuelle du monde et des idées.

Écoute flottante

François Noudelmann prend cette boutade au sérieux et tente de définir ce que serait le fait de « lire avec les oreilles ». Selon lui, on peut en effet identifier des timbres propres à des façons de penser, voire des significations nouvelles pouvant échapper à leurs auteurs. « Une “troisième oreille” permettrait d’accéder ainsi à la fabrique des idées, à la forge contradictoire où se mêlent des affects, des imaginaires et des concepts que le texte vient structurer et fixer », écrit-il. De même que la communication non verbale – gestes, postures, regards – permet d’interpréter la parole d’un interlocuteur, le bruit de la pensée et des textes exprimerait un vécu, une intention plus affective que rationnelle, de ce fait difficile à décrire avec des mots. La psychanalyse est d’ailleurs fréquemment érigée en modèle d’une écoute flottante, trouvant du sens au-delà de ce qui est dit.

Sound studies

F. Noudelmann propose ses propres vues sur cette « lecture avec les oreilles », et situe plus largement son propos dans le cadre du développement des sound studies en Amérique du Nord. Si ses interprétations et analyses sont discutables, elles visent davantage à encourager l’essor de ce type d’études et à ouvrir des champs d’investigation qu’à en donner une idée arrêtée.

Penser avec les oreilles, François Noudelmann, Max Milo, 2019, 252 p., 21,90 €.

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Psychologie

Le relativisme à l’assaut des sciences

Dans les années 1960, des chercheurs remettent en question l’objectivité et la fiabilité de la démarche scientifique. Si leurs appels à plus de prudence ont été largement adoptés, leurs positions les plus radicales restent absurdes aux yeux des plus rationalistes.

Cet article est paru dans « les grands dossiers » de Sciences Humaines (n° 57), consacré aux controverses dans l’histoire de la philosophie. Un grand merci au philosophe de la biologie Philippe Huneman, notamment auteur d’un essai sur la question Pourquoi ? ( Autrement/Flammarion, janvier 2020), et d’un autre,  à paraître au Croquant courant 2020, sur une « Ligne de crête » entre le scientisme et le scepticisme.

À lire également : Science et relativisme, de Larry Laudan (éd. Matériologiques, 2017), préfacé par Pascal Engel.

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Sciences