Pourquoi chaque personne est unique

Les jumelles — ©vasse nicolas,antoine sur Flickr

Les jumelles — ©vasse nicolas,antoine sur Flickr

Difficile de croire à la liberté individuelle : notre personnalité semble résulter de l’environnement dans lequel nous grandissons – économique, social, géographique… – et peut-être de prédispositions innées, par exemple pour le sport ou les mathématiques. Mais ce modèle déterministe n’explique pas tout ! Comment comprendre, notamment, que des jumeaux ayant un même patrimoine génétique et étant élevés de la même façon se distinguent de plus en plus en grandissant ? Un groupe de neuroscientifiques allemands a cherché une réponse en se demandant quel autre facteur pouvait jouer un rôle au cours de la vie.

Ils ont placé une quarantaine de souris génétiquement semblables dans une vaste cage dès la naissance, le but étant d’observer si différentes « personnalités » apparaissaient peu à peu et, le cas échéant, comment. Leurs résultats ont été publiés en mai dernier dans la revue Science  : au début, les souris manifestaient une même propension à explorer leur environnement. Mais au bout de trois mois, certaines allaient dans les moindres recoins, tandis que d’autres restaient toujours dans une même zone. Les premières ont, en outre, produit davantage de neurones dans l’hippocampe, siège de la mémoire dans le cerveau.

Ces différences résultent, selon les chercheurs, des expériences que les souris ont vécues en s’aventurant plus ou moins loin dans la cage. Autrement dit, chaque action transforme son auteur, indépendamment du milieu et du patrimoine de celui-ci. Par analogie, le même mécanisme entrerait en ligne de compte chez l’homme : ce qu’on décide de faire façonne notre personnalité, au même titre que ce qui est inné ou favorisé. Cette conclusion accrédite une idée fondamentale chez le philosophe Jean-Paul Sartre : si « l’existence précède l’essence », nul n’est prédéterminé et chacun peut choisir ce qu’il souhaite devenir ; c’est même là que réside toute la liberté.

Cet article est initialement paru dans Sciences Humaines (n° 253, novembre 2013). À lire également : Julia Freund et al., « Emergence of individuality in genetically identical mice », Science, vol. CCCIL, n° 6133, 10 mai 2013.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Psychologie

Les commentaires sont fermés.