JO de Londres : les athlètes musulmans font-ils le ramadan ?

De nombreux athlètes musulmans présents aux JO de Londres sont confrontés à un dilemme : concourir en respectant le ramadan ou rompre le jeûne.

Sur www.lemondedesreligions.fr

Mahiedine Mekhissi-Benabbad, coureur français, a choisi de rompre le jeûne pendant la compétition © Olivier Morin / AFP

Pour la première fois depuis les Jeux Olympiques de Moscou, en 1980, le ramadan coïncide avec les compétitions. Quelque 3 500 athlètes musulmans se retrouvent confrontés à un dilemme : respecter ce pilier de l’islam ou manger pour être au top de leur forme.

« Un sportif en plein effort a besoin de 250 ml d’eau toutes les 20 minutes », estime le médecin Hicham Moutaouakil, secrétaire général de l’Association régionale de médecine du sport de Rabat (Maroc). Le médecin du sport Jean-Baptiste Mercier confirme: « À part tôt le matin, déclare-t-il au magazine Le Point, la pratique du ramadan paraît inconcevable au regard de l’intensité des épreuves sportives de haut niveau.  »

« Incontestablement, nos capacités physiques sont diminuées », estime la nageuse marocaine Sara El-Bekri, qui ne jeûnera pas. Mahiedine Mekhissi, le spécialiste des 3000 mètre steeple français, ne suivra pas non plus le ramadan. Il entend se rattraper plus tard, comme une majorité d’athlètes musulmans.

« C’est un choix personnel, renchérit le judoka français Sofiane Milous pour Le Figaro. Chacun pratique sa religion comme il le veut. Je ne jugerai les choix de personne, comme personne ne doit juger les miens. » Il rattrapera chaque jour non jeûné après les Jeux : « On a un an pour le faire », assure-t-il. D’autres décident de braver les jeux à jeun, les footballeurs marocains, par exemple. « Nous devons jeûner, car c’est une obligation et car Dieu nous aidera le jour des Jeux », assure le gardien de but Yassine Bounou.

Le coureur franco-algérien Mohamed-Khaled Belabbas va dans le même sens. « Je ferai comme j’ai l’habitude de faire. Ce n’est pas une nouveauté pour moi », a-t-il précisé sur France 24. Pour le joueur de hockey britannique Darren Cheesman, cité par Le Monde, c’est même un atout : « Le ramadan me donne encore plus de force, cela améliore mes capacités sportives plutôt que de les restreindre. »

Certains pays, comme le Maroc ou Dubaï, ont demandé aux responsables musulmans d’exempter les athlètes olympiques. « Mais c’est impossible », assure au Figaro Fateh Kimouche, fondateur du site al-kanz.org. « Si l’on s’en tient à l’interprétation des textes, tout le monde doit jeûner pendant le ramadan sauf les personnes malades, les voyageurs et les femmes enceintes, sous certaines conditions. Le sport n’est pas une excuse valable, personne n’est obligé de faire du sport. »

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, refuse de statuer sur cette question: « C’est un choix personnel, il n’y a rien à dire de plus », répète-t-il. L’exemption a parfois été accordée. Selon le quotidien algérien Liberté, le président de la Commission des fatwas auprès du Haut conseil islamique a autorisé les sportifs algériens à ne pas jeûner pendant leur participation aux prochains Jeux olympiques.

D’autres muftis avaient déjà recommandé aux athlètes de ne pas jeûner, en justifiant que ces derniers étaient en voyage, comme le mufti marocain Abdel Bari El-Zouzoumi ou Ahmed Hadad, un éminent mufti de Dubaï. De même, au Maroc, 72 sportifs marocains ont ainsi été autorisés à ne pas observer le ramadan, à la condition de jeûner plus tard pour les jours non respectés à Londres. Une fatwa saluée par l’entraîneur en chef de l’équipe marocaine de boxe, Abdel Haq Achic :  » La boxe est un sport très difficile avec deux séances d’entraînement par jour, ce que ne peuvent pas faire des athlètes qui jeûnent. »

Pour ceux qui suivront le jeûne, le Comité international olympique s’est engagé à laisser les restaurants ouverts toute la nuit dans le village sportif. Une autre initiative, Iftar 2012, a vu le jour. « Les mosquées participant à cette opération serviront des repas de rupture du jeûne aux sportifs et aux touristes musulmans, mais également à tout hôte qui se présentera », précise France 24. Car les athlètes ne sont pas les seuls concernés : de nombreux spectateurs et membres du personnel respecteront eux aussi le jeûne.

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Loisirs, Religion

Les commentaires sont fermés.