Archives de Tag: homosexualité

Foucault : de l’homosexualité au problème du « genre »

Michel Foucault a influencé les fondateurs 
des gender studies anglo-saxonnes. Sa « french theory » 
a fait école, outre-Atlantique notamment.

sciences-humaines-foucault-30-ans

Michel Foucault n’a jamais évoqué les gender studies : de son vivant, elles émergent à peine et sont encore confinées outre-Atlantique. Le philosophe reste cependant une influence majeure pour les universitaires qui se sont emparés du « genre » ces dernières années : la philosophe Judith Butler, l’historienne Joan W. Scott, le sociologue Michael Kimmel… Tous s’inspirent des travaux de Foucault sur l’individualisme, l’exclusion ou encore la sexualité, voyant là des pistes prometteuses que lui-même n’aura pas explorées jusqu’au bout.

Dans les années 1970 en effet, Foucault s’intéresse aux débats sur le féminisme, le mariage homosexuel ou encore les mécanismes d’assignation sociale. Il s’engage aux côtés de mouvements militants pour une réforme des droits civiques – terreau politique des gender studies à moyen terme –, voyant là une opportunité d’ouvrir le [lire la suite…]

Cet article et l’interview d’Éric Fassin qui l’accompagne sont parus dans un dossier spécial de Sciences Humaines, consacré à Michel Foucault. Pour accéder au sommaire, cliquez ici.

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Société

Mariage gay : qu’en disent les philosophes ?

Les politiques, les associations, les psys se sont largement exprimés, mais qu’en pensent les philosophes ? Enquête.

Sur www.lyoncapitale.fr

philosophes_image

Débat ou pugilat ? Le mariage pour tous, dont le projet de loi sera  présenté à l’Assemblée Nationale le 29 janvier, est la polémique de l’année. Les opposants sont taxés d’homophobie, les partisans accusés de précipiter la fin de toute civilisation… Qu’on soit pour ou contre, avertit Alain Finkielkraut,« nous sommes conviés à changer de modèle ». Sylviane Agacinski rappelle que, à l’origine, le mariage est l’union d’un homme et d’une femme décidés à procréer : « le mot français matrimonial garde la trace du mariage latin, le matrimonium, qui a pour but de rendre une femme mère (mater). »

Mais pour Patrick Savidan, les hommes et les femmes ont toujours eu d’autres raisons de s’unir : « sans même aller jusqu’à parler d’amour, […] le mariage pouvait avoir des fonctions politiques et / ou économiques. » Ce que confirme l’anthropologue Françoise Héritier : à l’origine, le mariage est la concrétisation d’un accord d’échange et de paix, régi entre deux groupes humains, par exemple l’union des descendants de rois pour assurer une certaine stabilité entre les royaumes. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Lyon Capitale, Philosophie, Société

L’Eglise anglicane autorise l’ordination des évêques gays

Après avoir donné la possibilité aux femmes de devenir prêtres, l’Église anglicane d’Angleterre vient de lever l’interdiction d’ordonner évêques les prêtres homosexuels.

Sur www.lemondedesreligions.fr

Le débat sur l'ordination de prêtres homosexuels au sein de l'Eglise Anglicane est né avec l'affaire Jeffrey John, en 2003, prêtre qui avait dû renoncer à devenir évêque de Reading en raison de son homosexualité © Michael Stephens / AP / SIPA

Le débat sur l’ordination de prêtres homosexuels au sein de l’Eglise Anglicane est né avec l’affaire Jeffrey John, en 2003, prêtre qui avait dû renoncer à devenir évêque de Reading en raison de son homosexualité © Michael Stephens / AP / SIPA

Alors que le débat sur le mariage homosexuel met la France en émoi, l’Église anglicane lève l’interdiction faite aux prêtres homosexuels, unis civilement avec leur partenaire, d’être ordonnés évêques. Ils doivent néanmoins s’engager à rester abstinents. L’Église estime ainsi « qu’il serait injuste d’exclure de l’épiscopat toute personne cherchant à vivre en conformité avec l’enseignement de l’Église sur l’éthique sexuelle. »

Jusque ici, ils ne pouvaient être ordonnés qu’à condition d’être célibataires. Les prêtres et évêques mariés ­— donc hétérosexuels —, eux, ne sont pas soumis à l’obligation de chasteté. « Je salue en théorie » cette décision, a réagi le révérend Colin Coward, favorable à l’intégration des homosexuels dans l’Eglise, cité par l’AFP. « C’est une évolution très inquiétante », a estimé pour sa part le révérend Rod Thomas, porte-parole du groupe traditionaliste Reform. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Religion, Société

L’homosexualité est-elle soluble dans l’islam ?

Une mosquée ouverte aux couples homosexuels est inaugurée ce vendredi en France, en plein débat national sur la réforme du mariage.

Sur www.lemondedesreligions.fr

© GODONG

© GODONG

« Le Coran ne fait aucune référence explicite à l’homosexualité » : c’est fort de cet argument que Ludovic-Mohamed Zahed, a décidé d’ouvrir, vendredi 30 novembre, une mosquée dite « inclusive » : les femmes, voilées ou non, ne seront pas séparées des hommes ; des couples homosexuels pourront se marier religieusement… « Il s’agit d’ouvrir un lieu de culte où tou-tes seraient accueilli-es comme des frères et des sœurs humains avant tout, quels que soient leur sexe, leur identité de genre ou leur ethnicité », écrit-t-il sur LeNouvelObs.com.

Selon lui, le mot arabe qui désigne l’époux ou l’épouse dans le Coran, « zawjan », est n’est ni féminin ni masculin, deux hommes ou deux femmes pourraient donc se marier. D’ailleurs, les musulmans ne considèreraient pas le mariage comme un sacrement, comme les catholique, mais simplement « un contrat social entre deux individus consentants, devant deux témoins au moins, célébré en communauté », celles et ceux qui les reconnaissent en tant que couple. Enfin, tranche le jeune homme, « l’interprétation univoque et dogmatique de certains versets du Coran [qui légitimeraient l’homophobie et la misogynie] ne fait plus l’unanimité. »

Cette argumentation peut sembler partiale voire inexacte : de nombreux hadiths — des paroles attribuées au prophète Mahomet — paraissent condamner l’homosexualité ; le Coran comporte un récit analogue au mythe de Sodome et Gomorrhe, etc… Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Religion, Société

Mariage homosexuel : l’Église catholique clarifie sa position

Un texte publié par le Conseil Famille et Société de la Conférence des évêques de France vise à étouffer les accusations d’homophobie tout en réaffirmant l’opposition des catholiques.

Sur www.lemondedesreligions.fr

© Fred Tanneau / AFP

L’Église veut arrondir les angles. Après les propos controversés de Mgr Barbarin, contre le mariage pour les couples homosexuels, la Conférence des évêques de France publie un document officiel pour nuancer la position des catholiques, se prémunir contre les accusations d’homophobie et exposer une conception argumentée du mariage : « Si toute réticence ou interrogation devant cette réforme du droit de la famille est qualifiée a priori d’ « homophobe », affirme-t-elle, il ne peut pas y avoir de débat de fond. »

L’effort pour présenter aussi honnêtement que possible les thèses adverses est tacite. Surtout, il est répété à de nombreuses reprises que le refus de l’homophobie est aujourd’hui inhérent au catholicisme Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Religion, Société

Chrétiens et homosexuels : un sentiment de défiance ?

Une enquête sociologique éclaire la manière dont la foi et l’homosexualité se concilient.

CC tamara.craiu sur flickr

Sur www.lemondedesreligions.fr

96,4 % des chrétiens homosexuels distinguent la spiritualité et la religion. C’est l’un des chiffres éloquents qui ressort d’une enquête nationale sur leurs convictions, croyances et pratiques religieuses. Réalisée dans le cadre d’un séminaire à l’École des Hautes études en science sociales, cette étude met en évidence une défiance vis-à-vis de l’Église.

À la question « Que signifie pour vous être chrétien ? », moins d’un tiers se réfère à des aspects institutionnels comme le baptême (14 %), la participation régulière à un culte (8 %) ou l’allégeance à une église (1,8%). En revanche, plus de la moitié mentionne les grands principes du christianisme : les valeurs de justice, d’amour ou encore de responsabilité (18,6 %), la croyance que Jésus Christ est le fils de Dieu (18,1%) et l’idée qu’une force spirituelle peut être cultivée en chaque homme (13,7 %). En outre, une écrasante majorité (83,5 %) pense qu’on est chrétien lorsqu’on adhère au message du Christ, tandis que seuls 38 % font du baptême une condition sine qua non. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Religion, Société