Après la crise

Après la crise, Alain Touraine, éd. Seuil, coll. « La couleur des idées », septembre 2010. Résumé et critique sur www.evene.fr

La crise financière transforme la société. C’est la principale thèse que défend le sociologue Alain Touraine dans cet essai original. L’auteur ne s’attarde pas sur les aspects économiques de la crise et refait l’histoire d’un point de vue strictement sociologique : l’affaiblissement des acteurs sociaux depuis les années 70 (États, partis politiques, syndicats), la disparition des classes sociales et la mort des sociétés postindustrielles.

Alain Touraine a le mérite de prendre un risque et de proposer une hypothèse originale. En effet, il est toujours dangereux de diagnostiquer le passage d’un type de société à l’autre. Des événements qui semblent aujourd’hui majeurs auront été oubliés dans un siècle, tandis que des faits qui paraissent anodins marqueront peut-être un changement d’ère.

Pour l’auteur, nous entrons dans un nouveau monde qu’il appelle une « situation post-sociale ». La description qu’il en fait semble pertinente, mais un peu abstraite. Alain Touraine convient lui-même que celle-ci n’est pas « réaliste » et qu’un essai sociologique n’est pas un programme politique. Tout de même, quelques analyses plus pragmatiques, plus concrètes, auraient permis de clarifier cette évolution et de donner une idée plus précise de la société à venir.

Ceci dit, l’écriture d’Alain Touraine est à la fois exigeante et accessible. Le style est précis, concis même : en moins de 200 pages, ce petit essai refait presque cinquante ans d’histoire économique et sociale, et bouleverse au passage quelques idées reçues : un bel effort de synthèse.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Evene, Livres, Politique, Société

Les commentaires sont fermés.