La Thaïlande se heurte au problème des rohingyas

Des milliers de réfugiés affluent depuis bientôt un an, fuyant les persécutions dont ils sont victimes en Birmanie.

Sur www.lemondedesreligions.fr

Des réfugiés rohingyas interceptés à Phuket, le 1er janvier dernier © AP / SIPA

Des réfugiés rohingyas interceptés à Phuket, le 1er janvier dernier © AP / SIPA

Les rohingyas quittent la Birmanie. Selon la sécurité intérieure thaïlandaise, près de 6000 d’entre eux se sont réfugiés en Thaïlande depuis le mois d’octobre, fuyant les persécutions. D’après le porte-parole du Commandement opérationnel pour la sécurité intérieure, la Thaïlande essaiera de « régler le problème » en demandant au ministère des Affaires étrangères de coopérer avec leur pays d’origine. La Birmanie devrait établir des documents de citoyenneté, en vue de leur rapatriement. En même  temps, a-t-il assuré, le ministère devrait se concerter avec d’autres pays en vue d’éventuels programmes d’insertion.

Le sujet est sensible. Fin janvier, le chef du Conseil national de Sécurité a indiqué que les rohingyas ne pourraient pas demeurer dans le pays plus de six mois. À l’issue de cette période, ils seraient renvoyés en Birmanie ou dans un pays d’accueil. « Nous devons maintenant contacter les pays qui ont voulu que nous aidions les rohingyas et leur demander s’ils sont prêts à accepter ces gens chez eux », a-t-il ironisé. Leur permettre de s’installer à long terme aurait, selon lui, un effet d’aimant qui augmenterait l’arrivée de réfugiés. Ceux qui se trouvent déjà dans le pays, dans des centres d’immigration ou des locaux administratifs, seront placés en détention. Des camps de détention devraient même être établis dans les provinces de Songkhla et de Ranong.

Apatrides, ces musulmans sont considérés par l’ONU comme l’une des minorités les plus opprimées de la planète. Dernièrement, de violents affrontements ont éclaté dans l’État de Rakhine, dans l’ouest de la Birmanie, en juin et octobre notamment. Ils ont entraîné le déplacement de dizaines de milliers de personnes. Après la destruction de leurs villages, beaucoup de rohingyas ont fui la Birmanie, souvent dans l’objectif de se rendre en Malaisie pour y trouver du travail, analyse l’agence Asie.info. Ceux qui, à mi-chemin, manquent de vivres, s’égarent ou sont interceptés par des trafiquants ou des militaires aboutissent en Thaïlande. Certains ont alors été victimes de trafic d’esclaves. D’autres y ont trouvé refuge, en attendant de savoir ce que le sort leur réserve.

 

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Religion, Société

Les commentaires sont fermés.