L’Indonésie rend optionnelle la case « croyance » sur ses cartes d’identité

il n’est plus obligatoire de faire état d’une appartenance religieuse pour obtenir des papiers.

Sur www.lemondedesreligions.fr

Les Indonésiens ne sont plus obligés de se déclarer adeptes d’une religion officiellement reconnue par l’État pour obtenir une carte d’identité. Selon le quotidien anglophone The Jakarta Post, le ministre de l’Intérieur confirme qu’il sera possible de laisser blanche la case « croyance » pour les cartes électroniques ; c’est une première.

Pour obtenir des papiers en effet, il était obligatoire de se reconnaître dans l’une des six religions admises dans la Constitution : l’islam, le catholicisme, le protestantisme, l’hindouisme, le bouddhisme et le confucianisme. Pourtant, 400 000 Indonésiens n’adhèrent à aucune d’entre elles, selon l’ONG « Conférence indonésienne sur la religion et la paix ».

Cela représente 0,17 % d’une population estimée à 240 millions d’habitants. En outre, plus de 245 religions ou systèmes de croyances existeraient dans le pays. En pratique, cette partie de la population ne pouvait pas se marier. Les papiers d’identité sont indispensables pour une union en règle, le but pour l’État étant de compliquer la vie hors d’un cadre religieux reconnu.

Les cérémonies relevant d’autres cultes, kanakes par exemple, n’ont pas de valeur légale ; les enfants issus de ces mariages sont même considérés comme illégitimes. On ignore combien de couples ont menti ou se sont convertis pour régulariser leur situation…

Ils pourront désormais se marier sans faire état de leurs croyances, une avancée réclamée depuis longtemps par les militants laïcs de l’archipel. Néanmoins, ces déclarations administratives continuent de susciter le débat. Des Indonésiens exigent la suppression pure et simple de toute déclaration de foi.

« Si le but est d’obtenir des informations sur la population, avance par exemple Yenny Wahid, directrice d’un institut libéral, les données collectées par le Ministère de l’Intérieur et l’Agence centrale des statistiques suffisent. » D’autres habitants espèrent au contraire que l’État reconnaisse leur culte au même titre que les six religions officielles.

Dans la partie occidentale de l’île de Java notamment, la communauté « Baduy » vit selon un système de croyances animistes, « l’agama sunda wiwitan ». Et depuis 2011, ils demandent le droit de l’inscrire sur les cartes d’identité.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Religion, Société

Les commentaires sont fermés.