Archives de Tag: psychologie

Se déconnecter accroît notre empathie

Les débats sur l’impact du numérique sur les relations sociales n’en finissent pas de rebondir. Une étude de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA), publiée fin août 2014, indique que se couper d’Internet et plus généralement des écrans pourrait développer notre capacité à décrypter les émotions.

©  Maurizio Pesce sur Flickr

© Maurizio Pesce sur Flickr

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont séparé deux groupes d’adolescents : les uns n’avaient plus aucun accès au web ni à la télé durant cinq jours ; les autres pouvaient continuer à se connecter aussi souvent que d’habitude. Au début et à la fin de l’expérience, chaque jeune a, par ailleurs, été évalué sur sa capacité à identifier des émotions, en reconnaissant une expression de visage triste, heureuse, inquiète… Verdict : les deux groupes montrent la même habileté au début de l’expérience ; mais à la fin, ceux qui ont été déconnectés font beaucoup moins d’erreurs que les autres ! Lire la suite

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Internet, Psychologie, Société

« L’ère du neuro-essentialisme »

Le XXIe siècle est-il celui de l’avènement des « neuro-récits » ? À force de nous intéresser aux méandres et secrets du cerveau, n’allons-nous pas trop loin dans l’interprétation des découvertes ? C’est en tous cas l’opinion de Brigitte Chamak, sociologue et historienne des sciences à l’université Paris-Descartes. Pour elle, les vertus prêtées aux neurosciences relèvent largement du fantasme et de l’idéologie.

©  thierry ehrmann sur flickr

© thierry ehrmann sur flickr

Cette interview est parue dans Le Monde des l’intelligence (n° 38, septembre – octobre 2014). Pour vous abonner en ligne, cliquez ici.

Poster un commentaire

Classé dans Sciences, Société

Les bégaiements de l’adulte

Les bégaiements de l’adulte, sous la direction de Bernadette Piérart, éditions Mardaga (320 pages, 29 €)

couv

Comme le langage, le bégaiement est le propre de l’homme. L’étudier revient donc à prendre conscience de ce que nous sommes, voire de ce que nous avons été, car on en trouve des traces dès l’Antiquité. Synthèse d’un colloque qui s’est tenu en décembre 2009, cet ouvrage commence par tordre le cou au singulier du « bégaiement » : il n’y a pas un trouble, mais plusieurs, et l’on aurait tort de les ranger sous une même catégorie. Il arrive par exemple que le bégaiement soit un problème en lui-même, mais aussi qu’il soit le symptôme d’un autre trouble. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Livres, Psychologie