Archives de Tag: amour

Sex Friends

En poussant la porte des sites de rencontres en ligne, Richard Mèmeteau se heurte aux questions éternelles de l’amitié, de l’amour et du sexe. Quelles sont leurs différences et leurs ressemblances ? Dans quelle mesure s’excluent-ils ? L’un peut-il aller sans les autres ? Platon et ses lointains descendants (Alain Badiou, Michael Levinas, Jean-Luc Marion) sont en ligne de mire. Pour R. Mèmeteau, plus proche d’un Schopenhauer ou d’un Ruwen Ogien, l’amour dit platonique reste un travestissement sentimental de la pulsion sexuelle.

Mais son propos ne bascule pas pour autant dans l’éloge d’une sexualité présumée libre, sans fard ou plus authentique, dont les sites de rencontres seraient le support idéal. Même les relations les plus libertines, explique-t-il, obéissent à des schémas historiques et sociaux bien établis. Le « sexe pur » (ou « plan cul ») serait tout aussi illusoire que l’amour avec un grand A, car il y aurait toujours quelque chose de plus dans la relation : des déterminismes sociaux, des raisons de s’être choisis et surtout des conséquences. Une intimité et des liens se créent sans forcément virer à la comédie romantique.

Comme l’indique son titre, Sex Friends est une tentative de définir un entre-deux, une « éthique minimale » préconisant finalement d’entremêler le sexe et l’amitié. « Ce paradoxe a suffi à faire grésiller pendant des millénaires les synapses de philosophes qui ont préféré déclarer les deux comme étant inconciliables. Et pourtant, c’est exactement ce que l’on peut désormais décider de faire », affirme R. Mèmeteau. Nourrie de sources savantes comme de pop culture et d’expériences personnelles, sa démonstration ne convaincra peut-être pas tout le monde, mais s’avère plus complexe que le ton badin de l’ouvrage le peut le laisser penser.

Sex Friends. Comment (bien) rater sa vie amoureuse à l’ère numérique, Richard Mèmeteau, La Découverte, 2019, 192 p., 17 €. Cette critique est parue dans Sciences Humaines (n° 316, juillet 2019)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Pop culture

Rencontre avec Ruwen Ogien, l’homme qui critiquait l’amour

Le philosophe Ruwen Ogien décortique le sentiment amoureux 
et dénonce le puritarisme ambiant. Décapant !

© Kristiina Hauhtonen

© Kristiina Hauhtonen

Cuisinez une lotte rôtie pour un philosophe stoïcien, offrez-lui du filet mignon ou de la caille farcie, il n’y verra qu’un repas de « cadavres », comme le résumait Marc Aurèle. Ruwen Ogien renoue avec cette posture critique proprement philosophique en s’attaquant à l’amour dans son dernier essai. Dénonçant les éloges automatiques et les injonctions normatives associées, il estime en effet que la conception dominante de ce sentiment masquerait une idéologie hostile à la liberté individuelle et à l’épanouissement personnel ! C’est d’ailleurs tout l’enjeu de son dernier essai, Philosopher ou faire l’amour (Grasset, 2014) : montrer, de façon argumentée et dépassionnée, que notre sentimentalisme sert souvent de point d’appui à diverses formes de répression et d’exclusion sociales… On peut être d’accord ou non avec ces thèses ; mais si la fonction première de la philosophie est la remise en questi [ lire la suite… ]
Article de 2873 mots.

Pour lire la suite de cet article paru dans Sciences Humaines (n° 264, novembre 2014) choisissez une de ces formules :

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Société

L’amour en festival

Plus d’une trentaine de manifestations consacrées 
à « l’amour » se sont déroulées au Festival Philosophia, dans le cadre idyllique de Saint-Émilion…

Ce reportage est paru dans Sciences Humaines (n° 262, août – septembre 2014).

© Gilles Massicard

© Gilles Massicard

Une foule dense se masse devant le couvent des Jacobins à Saint-Émilion, obstruant la circulation dans cette artère de la cité médiévale – il faut presque jouer des coudes pour approcher ! Pourtant, ce n’est pas une dégustation gratuite de grands crus, ni le pèlerinage d’une star du rock suivie d’une foule de fans. C’est juste… de la philosophie. Chaque mois de mai à Saint-Émilion, entre 3 000 et 5 000 personnes gagnent la ville pour assister au festival Philosophia. Cette année, peut-être encouragées par le soleil d’été qui règne sur l’Aquitaine, ou par le thème retenu pour la huitième édition – l’amour –, elles semblaient bien plus nombreuses. Les conférences et ateliers étaient bondés tout le week-end, il fallait arriver tôt pour trouver une place.

Si l’on discerne un bon nombre d’étudiants en sciences humaines dans le public – en histoire, esthétique, sociologie… et philosophie, bien sûr –, l’écrasante majorité des participants est constituée d’amateurs plus ou moins autodidactes : des retraités pour l’essentiel, plus rarement quelques familles. C’est d’ailleurs pour ces néophytes éclairés que le festival est conçu. Contrairement à des événements d’inspiration plus universitaire, comme Citéphilo à Lille, ou Les Rencontres philosophiques de Langres, les organisateurs de Philosophia entendent divertir un très large public.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Pop culture

Les réseaux sociaux, du monde animal à Facebook

Réelles ou virtuelles, nos relations sociales ne sont pas si différentes de celles des grands singes. Un coup d’œil sur les habitudes de nos cousins primitifs permet de mieux comprendre ce que nous appelons « un ami ».

Les_Cahiers_Le_Monde_des_Sciences_1_2013 (glissé(e)s) (glissé(e)s)

Réalisé en partenariat avec la revue scientifique anglaise New Scientist, ce dossier est paru dans le premier numéro des cahiers du Monde des sciences (sept – oct – nov 2013). Pour le commander en ligne, cliquez ici.

Poster un commentaire

Classé dans Internet, Sciences, Société