Plongée dans la crise de la brique espagnole

« Bricks« , premier film du sociologue Quentin Ravelli, sort sur les écrans le 18 octobre : ce documentaire nous fait vivre la crise économique espagnole aux côtés des victimes de crédits immobiliers toxiques et dans leurs luttes contre les expropriations, tout en nous offrant un regard panoramique sur la finance et le capitalisme. Cette interview est parue sur CNRS Le Journal.

‘Bricks’ / Bande-annonce officielle / Sortie le 18 octobre

Vos premières recherches portaient sur l’industrie pharmaceutique. Comment en êtes-vous venu à travailler sur la crise financière et immobilière en Espagne ?

Quentin Ravelli (1)  : L’idée est à chaque fois de suivre la « biographie sociale » d’une marchandise, qu’il s’agisse de médicaments, de briques ou de crédits à risque. La façon dont ces produits sont conçus, réalisés puis diffusés révèle toute une conception de l’économie politique.

Dans ma thèse de doctorat, j’ai par exemple essayé de comprendre pourquoi certains médicaments comme les antibiotiques ont paradoxalement tendance à renforcer les bactéries qu’ils sont supposés combattre. Concrètement, plus ces médicaments sont diffusés, moins ils sont efficaces, et plus nous sommes susceptibles de tomber malades ! Je me suis demandé si d’autres produits suivaient un parcours similaire, ce qui me paraît être le cas des crédits immobiliers à risque, censés « démocratiser » la finance et la petite propriété. Plus vous prêtez de l’argent à des personnes qui ne pourront pas le rembourser, plus vous êtes susceptible de les appauvrir en les enfermant dans une situation de surendettement, jusqu’à ce que les résistances sociales cèdent. Cette spirale a été particulièrement dévastatrice en Espagne, car toute une « économie de la brique » était nourrie par ces crédits impossibles à rembourser.

Concrètement, en quoi la production de briques, qui est au cœur de votre film (2), a-t-elle fini par appauvrir ceux qu’elle était supposée enrichir ?

Q. R. : Dans les années 1990, l’extension des crédits immobiliers à risque permet à des millions de personnes, qui ne peuvent pas devenir propriétaires autrement, d’acheter un appartement. En Espagne, cela fait gonfler le secteur de la construction et notamment la production de briques, une spécialité nationale. Selon les estimations, entre 15 et 25 % du PIB est fondé sur ce modèle de croissance dans les années 2000 : beaucoup d’Espagnols travaillaient directement ou indirectement dans ce secteur, et l’argent qu’ils gagnaient comme constructeurs de logements leur permettaient d’emprunter pour acheter un appartement… La boucle était bouclée.

Lorsque la crise éclate en 2007-2008, les usines de production de briques se mettent progressivement à l’arrêt, un grand nombre de salariés perdent leur emploi et, du même coup, les moyens de rembourser leur emprunt. La plupart essayent alors de revendre leur logement, mais le cours immobilier s’est effondré entre-temps. Beaucoup se retrouvent ainsi sous la menace d’une expulsion, car une loi espagnole permet aux banques de déloger les personnes ne pouvant pas rembourser leur dette. Autrement dit, on voit bien à travers ce schéma comment un dispositif dit d’accès à la propriété – mais qui était largement illusoire – s’est paradoxalement traduit par une vague d’expulsions.

Valdeluz, ville fantôme au nord-est de Madrid, symbole de l’éclatement de la bulle immobilière en 2008. ©SURVIVANCE

Pourquoi avoir privilégié un format cinématographique et documentaire pour raconter cette histoire ?

Q. R. : Le film apporte une preuve par l’image qui manque à l’écrit. En sociologie, notre travail passe essentiellement par l’étude et la rédaction d’articles, par des entretiens ou encore par des analyses statistiques qui sont bien évidemment indispensables. Mais les films, plus souvent utilisés en anthropologie qu’en sociologie, permettent aux observations des comportements sociaux d’être partagées, critiquées, confrontées à d’autres, et donc d’enrichir la démonstration.

Pour ce film, qui est mon premier documentaire, j’ai suivi durant plusieurs années des associations comme Plataforma de Afectados por la Hipoteca, qui se bat pour obtenir l’annulation de la dette des victimes de crédits toxiques. Je me suis efforcé de filmer, sans insérer de commentaire ou d’analyse au montage, la façon dont ses membres cherchent à transformer leur sentiment de culpabilité, de dette, en colère collective politiquement organisée.

Ce n’est pas la même chose de le raconter dans un article ou dans un livre, et de les voir se battre à l’écran, faire barrage aux policiers pour empêcher une expulsion, envahir une agence bancaire pour exiger l’annulation d’une dette, ou tout simplement s’épauler les uns les autres dans une assemblée générale. Je continue d’ailleurs de réfléchir à la meilleure façon de coupler des séquences filmées à des articles scientifiques, qui s’appuient par exemple sur un questionnaire auprès de 568 personnes surendettées dans douze villes d’Espagne.

Le film comporte également de nombreuses séquences dans une usine de briques…

Q. R. : Je voulais insister sur le fait qu’il n’y a pas de coupure nette entre une finance réputée abstraite et l’économie industrielle supposée plus réelle. Les crédits toxiques ont évidemment eu un rôle majeur dans le déclenchement de la crise mondiale ; mais en Espagne, cela s’est aussi traduit par une crise de surproduction classique : le pays a produit plus de briques qu’il ne pouvait réellement en vendre… C’est un dispositif d’ensemble.

On voit bien à travers ces séquences en quoi la brique, matière première de villes nouvelles entières, a occupé une place centrale dans l’économie espagnole pendant des décennies, et pourquoi les usines se retrouvent aujourd’hui contraintes de cesser leur production voire de détruire leurs stocks. Là encore, ce qui avait fait leur richesse, et qui est par ailleurs un produit fondamental dans notre histoire et dans notre civilisation, s’est mué en un poids dont il faut se débarrasser en limitant la casse autant que possible… La brique représente en outre un objet cinématographique intéressant, car elle nous montre la matière brute et palpable dont est faite notre économie. Elle nous rappelle ainsi que même la haute finance est incarnée dans une réalité beaucoup plus concrète qu’on ne l’imagine souvent.

Un ouvrier dans une usine de production de briques, destinées à l’exportation, en Castille ©SURVIVANCE

La question de la dette sera-t-elle encore au centre de vos recherches, peut-être dans un nouveau film d’ailleurs ?

Q. R. : Je viens de publier un livre complémentaire au film, Les briques rouges, qui se présente comme un récit sociologique des étapes de la crise parcourue pendant la préparation du film. De nombreux dialogues et témoignages sont d’ailleurs basés sur les rushs que je n’ai pas utilisés pour le documentaire, une démarche de récupération qui peut intéresser d’autres chercheurs en sciences sociales. Mais plus généralement, j’aimerais analyser plus en profondeur le rôle des émotions dans les mouvements sociaux. Une particularité de la population espagnole est d’avoir été massivement en proie aux crédits toxiques, et du même coup d’autant plus unifiée pour entrer en lutte contre les banques et exiger l’annulation de leur dette. La forte unité de la population et leur capacité à renverser le sentiment de culpabilité me semble avoir été un fer de lance pour des mouvements comme les Indignados et Podemos, qui ont par la suite réussi à s’inscrire dans le processus électoral. C’est assez inédit du point de vue des mouvements sociaux. J’ai d’autres projets de films, mais j’aimerais surtout aider la sociologie à s’emparer d’une culture de l’image qui explose depuis quelques années – et qui offre de formidables perspectives pour la recherche scientifique.

 

  1. Chargé de recherche au Centre Maurice-Halbwachs (CNRS/EHESS/ENS Paris)
  2. Ce film a été produit par Survivance (Carine Chichkowsky) avec la participation de Cécile Bodénès (image), Catherine Mabilat (montage), Alvaro Silva (son), Thierry Mazurel et Yann Pittard (musique). En coproduction avec CNRS Images et avec le soutien du CNC, de la région Île-de-France et de la Casa de Velázquez (académie de France à Madrid).
  3. Les briques rouges. Dettes, logement et luttes sociales en Espagne, éditions Amsterdam, août 2017, 192 p., 12 €
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Politique, Sciences, Société

Les commentaires sont fermés.