De nouvelles religions au Congrès américain

Une sénatrice bouddhiste et une parlementaire hindoue ont été élues au Congrès américain, une première aux États-Unis.

Sur www.lemondedesreligions.fr

senate

Dans la foulée des dernières élections américaines, deux religions font une percée remarquée au Congrès des États-Unis. Mazie Hirono est la première bouddhiste de l’histoire élue au Sénat. Née au Japon, elle pratique plus précisément le shinshū, le courant le plus répandu au pays du soleil levant. Du côté de la Chambre des représentants, Tulsi Gabbard est également la première hindoue à obtenir un siège. Elle suit le vaishnava, une branche dévolue au dieu Vishnou. Toutes deux sont démocrates et ont fait leurs preuves à Hawaï.

« Cela montre que les religions dharmiques sont de mieux en mieux acceptées », estime Anju Bhargava, fondateur d’un organisme de charité hindou, cité par le Huffington Post. « J’ai le sentiment que ma foi et mon peuple sont enfin acceptés. » Dans le passé, un candidat d’origine hindoue avait été élu en Louisiane, Bobby Jindal, mais il s’était converti au catholicisme. De même, Nikki Haley, d’origine sikh, s’était présenté en Caroline du Sud… après s’être tourné vers le méthodisme, un courant du protestantisme. Aujourd’hui, les Indo-Américains ont le sentiment que les choses avancent.

Pendant la campagne, rapporte le service religion du Huffington Post, l’adversaire de Tulsi Gabbard avait déclaré que la foi de la candidate était incompatible avec le Constitution américaine… « Quand j’ai mis ma vie en jeu pour défendre notre pays, avait-elle rétorqué, personne ne m’a demandé quelle était ma religion. » Plus jeune, elle s’était engagée dans la garde nationale et avait servi comme médecin militaire en Irak. Elle a déclaré que sa foi l’aiderait, comme parlementaire, à faire avancer les questions liées aux vétérans, à l’environnement et aux relations entre l’Inde et les Etats-Unis.

Selon une étude du Pew Research Center, citée par Le Monde, le Congrès reste majoritairement protestant. Néanmoins, il l’est à 56 %, contre 75 % il y a seulement un demi siècle. Les catholiques représentent 30 % des élus, les juifs 6 % et les mormons 2,8 %. Les bouddhistes, en comptant ceux à Chambre des représentants, sont au nombre de trois. Du côté de l’islam, un musulman a été élu en 2006, un second en 2008. Cette année, la première parlementaire qui se déclare sans religion fait son entrée : Kyrsten Sinema. Une fois encore, c’est une femme, une démocrate, mais elle vient d’Arizona.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Politique, Religion

Les commentaires sont fermés.