Les chrétiens, 75 % des victimes de discriminations d’après un rapport de l’AED

D’après une étude de l’Aide à l’Eglise en détresse, les chrétiens subissent les trois quarts des atteintes à liberté religieuse dans le monde.

Sur www.lemondedesreligions.fr

CC @odulcidovul sur Flickr

« 75 % des cas d’atteinte à la liberté religieuse concernent des chrétiens » : c’est le chiffre choc du dernier rapport d’Aide à l’Église en détresse (AED) — un organisme humanitaire catholique — sur la liberté religieuse dans le monde. Du fait de leur nombre, estimé à deux milliards d’individus, soit le plus grand groupe religieux au monde, ceux qui n’utilisent pas la force pour se défendre sont « très clairement » les principales victimes, résume l’AFP.

D’après le directeur d’AED, Marc Fromager, cité par le Figaro : « sur 131 pays de culture chrétienne, il n’y en a pas un seul où la législation sur la liberté religieuse laisse à désirer. Sur 49 pays de culture musulmane, 17 ne tolèrent aucune autre religion et contrôlent étroitement les croyants non musulmans. 19 reconnaissent théoriquement la liberté religieuse mais ne l’appliquent pas en pratique. » Le mois dernier, un rapport du Pew Research Center a montré que la répression des religions continuait d’augmenter.

Selon l’AED, les pays les plus intolérants sont l’Arabie Saoudite, la Corée du Nord et le Pakistan. « De manière générale, avance un communiqué, on peut dire que le droit à la liberté religieuse est davantage bafouée au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, ainsi qu’en Asie. La situation se présente de manière particulièrement problématique dans les pays dont les Constitutions définissent une religion d’État. » Marc Fromager estime d’ailleurs que la question de la citoyenneté dans les pays du printemps arabe devient centrale.

Œuvre internationale de droit pontifical, l’AED pourrait être accusé de prêcher pour sa paroisse et de minorer les atteintes à d’autres religions. « C’est un constat et non une recherche publicitaire de victimisation », se défend-t-elle, qui « se veut une étude factuelle de la situation de tous les groupes religieux, sans parti pris ni jugement. » Traduit en six langues et publié dans dix-sept pays, son rapport bisannuel tend, de fait, à s’imposer comme une référence à l’échelle internationale.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Religion, Société

Les commentaires sont fermés.