Marche à la guerre au Mali

La communauté internationale est en passe d’envoyer des forces militaires au nord du pays.

Sur www.lemondedesreligions.fr

Sur cette capture vidéo, des rebelles islamistes d’Ansar Eddine détruisent un mausolée à Tombouctou, le 1er juillet © AFP

L’intervention militaire au Nord Mali paraît imminente. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) finalise d’ici à lundi le plan de déploiement d’une force militaire, dans le cadre d’une « conférence finale de préparation », selon l’expression du commissaire chargé des affaires politiques à la Cédéao, Salamatu Hussaini Suleiman.

L’objectif de cette réunion : « Peaufiner davantage le concept stratégique […] et préparer le terrain pour le déploiement dès réception d’un mandat de l’ONU. »   La Cédéao se tient prête à envoyer une force de 3 300 hommes pour aider l’armée malienne, a indiqué Mme Suleiman devant le Conseil de sécurité de l’ONU. Jusqu’à présent, celui-ci ne lui a pas donné de mandat, attendant de voir comment évoluait la situation du pays.

La Cédéo a d’ailleurs tenté une médiation entre-temps, avec le groupe islamiste Ansar Eddine qui contrôle le Nord du pays. Néanmoins, l’Observateur de l’Union africaine, M. Téte António, avait estimé, fin juillet, que « si la situation n’évoluait pas favorablement », une intervention militaire lui paraissait  « inévitable ». Et mercredi, le secrétaire général de l’ONU a confirmé que le Conseil devrait « peut-être devoir aller plus loin ».

La Cédéao a toutefois indiqué attendre une demande formelle de Bamako. M. Ban Ki-moon avait exigé des dirigeants d’Ansar Eddine qu’ils coupent tout lien avec  « les mouvements terroristes », afin que des négociations de paix puissent commencer. Las…  » Avec l’afflux de djihadistes régionaux et internationaux, a-t-il déploré, on peut craindre que le Nord ne soit en train de devenir un refuge pour des éléments terroristes et criminels. »

Il s’est également dit « extrêmement inquiet » au sujet d’informations concernant de graves violations des droits de l’homme, des exécutions sommaires de civils, des viols et des tortures.  » La situation n’a cessé de dégénérer depuis le début de la crise », résume-t-il aujourd’hui. S’il a évoqué des sanctions ciblées, comme des embargos d’ordre financier ou des interdictions de voyage, l’intervention militaire paraît désormais difficile à contourner.

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Politique, Religion

Les commentaires sont fermés.