La philosophie en prime time

Sur www.philomag.com

Une nouvelle émission de débat entend mettre « la philosophie au coeur de l’actualité ». Nous avons assisté à l’enregistrement de la première.

2012_LES_GRANDES_Q-2_preview.jpg

© Ulrich LEBEUF / FTV France 5

Vendredi 7 octobre, dans la galerie marchande de Montparnasse, un énorme plateau télé s’improvise entre les Galeries Lafayette et Celio. C’est le tournage de la nouvelle émission (*) « 2012 : Les grandes questions », qui entend mettre « la philosophie au coeur de l’actualité ». Le lieu est symbolique : la première est consacrée à « l’argent ».

Lunettes noires sur le nez, le démographe Emmanuel Todd est arrivé le premier, suivi par Alain Minc. Les philosophes manquent encore à l’appel, quand Cynthia Fleury se présente aux loges de maquillage, ses fiches à la main « Je n’ai pas travaillé spécifiquement sur ce thème, reconnaît-elle, comme Marcel Henaff par exemple [auteur du Prix de la vérité, Seuil]. Après, en philosophie politique, ça reste un passage obligé. » Elle se rassure, aucun invité n’est spécialiste en la matière : Michel Onfray et Edgar Morin viennent d’arriver. « Nous sommes des généralistes », conclut-elle.

Le principe est simple, vivant et en deux parties : les philosophes réagissent à des vidéos documentaires puis sont interpellés par des personnalités supposées plus proches de la réalité. Cela fonctionne bien. Edgar Morin et Michel Onfray s’accrochent : une société sans argent est-elle possible ? Cynthia Fleury s’attarde sur ce que Marx appelait la « puissance de travestissement » de l’argent et sur le rapport à l’immédiateté qu’induit la richesse ; Edgar Morin souligne un paradoxe : « ceux qui possèdent de l’argent finissent eux-mêmes possédés par l’argent »

Les philosophes développent leurs idées librement, le présentateur ne leur coupant pas la parole. En revanche, quand ils sortent de leur cercle, ça dérape vite. Le démographe critique à plusieurs reprises leurs « rêveries métaphysiques », le dirigeant d’entreprise qualifie de « café du commerce » leur conception de l’économie, Bettina Mazzocchi, qui travaille dans un fond d’investissement à Londres, juge que leurs grands principes moraux sont « déconnectés de la réalité des marchés financiers »… Les échanges sont vifs, parfois inutilement polémiques.

Cette confrontation entre les philosophes et le terrain s’avère fructueuse : Edgar Morin admet méconnaître certains problèmes techniques que traverse la zone euro, tandis que Michel Onfray découvre avec étonnement et intérêt la finance islamique. De son côté, Bettina Mazzocchi finit par reconnaître que, si les règles morales que prônent les philosophes lui semblent difficilement applicables, il serait souhaitable qu’elles soient mises en oeuvre. « J’ai appris des choses et trouvé que nous avions du temps pour débattre, résume pour sa part Cynthia Fleury, à la sortie du studio. C’est devenu rare de pouvoir argumenter aussi longuement à la télévision, reste à savoir ce que ça donnera au montage. » Réponse vendredi.

« 2012 : les grandes questions »
Vendredi 14 octobre 2011 à 21h30 (90 minutes)
Présentation Franz-Olivier Giesbert
Réalisation Nicolas Ferraro
Production Téléparis, avec la participation de France Télévisions

(*) Contrairement à ce qu’a affirmé le PDG de France Télévisions, Rémy Pflimlin, dans une tribune du Monde intitulée « Assez des critiques contre France Télévisions » (10/10/11), l’émission n’a pas de précédent en 2010.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Société

Les commentaires sont fermés.