Julian Assange, héritier spirituel de Régis Debray ?

Sur www.philomag.com

La figure de proue de WikiLeaks critique les journaliste à la manière du philosophe dans les années 60

Vodpod videos no longer available.

Provocateur, Julian Assange interpelle Stephen Moss du Guardian. « C’est une honte internationale que si peu de journalistes occidentaux aient été tués ou arrêtés sur le champ de bataille. » Accusé d’avoir dévoilé des pans entiers de la vie diplomatique américaine, le fondateur de Wikileaks poursuit. « Les journalistes laissent les autres prendre des risques, puis ils en retirent tout le bénéfice. »

En 1967, le philosophe Régis Debray faisait un reproche similaire aux reporters venus l’interviewer à la prison de Camiri, en Bolivie. Il justifiait son compagnonnage avec Che Guevara : « J’ai fait ce que tout journaliste devrait faire : aller dans la montagne et parler avec les guerilleros directement, au lieu d’écrire dans vos salles de rédaction sur la guerilla, ou de m’informer sur la guerilla à travers des communiqués officiels. »

Régis Debray aura finalement passé quatre ans dans cette prison. Julian Assange, lui, s’est rendu hier à la police britannique, officiellement poursuivi pour viol par la justice suédoise.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Internet, Philosophie

Les commentaires sont fermés.