Préservatif et prostitution : même combat

Le pape Benoît XVI paraît avoir nuancé sa critique des contraceptifs. En fait, il ne se départ pas d’une vision chrétienne et conservatrice de la sexualité.

Sur www.philomag.com

CC / eisenbahner

Dans le livre d’entretiens Lumière du monde, à paraître le 27 novembre aux éditions « Bayard », Benoît XVI critique la « banalisation de la sexualité », mais apporte une nuance inédite sur la contraception. « Il peut y avoir des cas particuliers, par exemple lorsqu’un prostitué utilise un préservatif, dans la mesure où cela peut-être un premier pas vers une moralisation ». L’Église ayant toujours été critique sur ce point, ces propos ont été interprétés comme un changement de cap. En fait, ils s’inscrivent dans le droit fil de la pensée de Benoît XVI.

Le projet philosophique du pape est de relier la raison humaine à l’ordre divin du monde, expliquait Philippe Chevallier pour Philosophie magazine (n° 29, mars 2009). Le préservatif comme la prostitution dérangent de ce point de vue « un certain ordonnancement de l’être ». Plus clairement, Benoît XVI appelle de ses voeux un monde où toute sexualité hors mariage aurait disparu. Même s’il admet temporairement l’usage du préservatif pour endiguer les effets de la prostitution, cela reste un moyen pour édifier cette société jugée idéale. Bref, comme l’écrit Benoît XVI lui-même, ce n’est qu’un « premier pas », mais pas dans la direction que certains croient.

Plus sur Philosophie magazine : « Benoît XVI , la capote et le stoïcisme »

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Religion

Les commentaires sont fermés.