Archives de Tag: communication

Maîtres de la prise de parole

Les plaidoiries des avocats sont des exemples à suivre pour convaincre et réussir ses discours. Tour d’horizon et conseils pratiques avec les ténors du barreau.

Cet article est paru dans Management (n° 246, novembre 2016). Merci aux avocats et spécialistes de l’éloquence qui ont bien voulu témoigner et confier leurs astuces :

Poster un commentaire

Classé dans Management, Travail

Devenez-vous même, c’est-à-dire soldat…

Sur www.philomag.com

L’armée de terre fait dans le concept. Mercredi 3 février, elle a lancé une vaste campagne de recrutement centrée sur le slogan « devenez vous-même », avec, à la clé, une série de questions existentielles : « cohésion, fraternité d’armes / Pour vous, c’est quoi la confiance ? » ou encore « Leadership / Vous faites comment pour qu’ils vous suivent ? ».

Dans une rhétorique d’inspiration nietzschéenne, cette campagne valorise le dépassement de soi, c’est-à-dire « avant tout la volonté de mieux se connaître, de progresser, d’agir, explique le site internet www.devenezvousmeme.com. Le quotidien du soldat, c’est mettre en pratique cette volonté : repousser ses limites physiques, intellectuelles, techniques, morales […] Mais attention ! Un soldat n’est pas un surhomme ! » À l’image de l’homme dépeint dans Ainsi parlait Zarathoustra (I. §3-4) – « quelque chose qui doit être dépassé » – le soldat serait en quelque sorte « une corde, entre bête et surhomme tendue ».

Pas question de prôner le libre épanouissement de soi pour autant. D’ailleurs, « on ne naît pas soldat, on le devient ! », nuance l’armée dans un touchant hommage à Simone de Beauvoir. Retour à la réalité donc : soldat est un métier difficile et contraignant. Mais « si vous êtes motivés, si vous travaillez dur, vous progresserez, vous réussirez. Ce sont les seules conditions pour devenir soi-même ! ».

Comment devenir ce que l’on est si l’on est ce que l’on devient ? La même ambiguïté se présente dans l’oeuvre de Nietzsche. D’un côté, l’auteur du Gai savoir et de Ecce homo reprend à son compte l’injonction du poète grec Pindare dans les Pythiques (II. 72) : « deviens qui tu es » ou « deviens ce que tu es ». De l’autre, la critique du sujet humain comme origine est omniprésente dans ses essais. Faut-il s’engager comme volontaire dans l’armée, comme Nietzsche en 1870, pour résoudre cette difficulté ?

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Société

Illustration, stigmatisation ?

Sur www.philomag.com

Sur le site de l’UMP, une photographie utilisée pour un article sur la délinquance attise un soupçon de racisme larvé. Retour sur les présupposés logiques de cette polémique.

Stigmatisation ou coïncidence malheureuse ? Le site internet de l’UMP est critiqué pour avoir illustré un article, « Délinquance des mineurs : en finir avec l’angélisme », avec la photo de jeunes hommes à la peau noire, vêtus d’une façon caractéristique. Le blog Al Kanz met l’image en exergue samedi 23 janvier, dénonçant avec ironie l’amalgame : « À l’UMP […] les mineurs sont forcément noirs. ». Le cliché buzze sur internet : bien que retiré du site de l’UMP le lundi suivant, il est partout. Mardi, le très médiatique président du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), Patrick Lozès, publie un billet sur son blog et dénonce à son tour « L’assimilation systématique des jeunes Noirs à des délinquants […] Est-il a acceptable que le plus grand parti de France se laisse aller à de telles dérives aux connotations nauséabondes ? ». L’accusation de racisme larvé fait florès. Mutique dans un premier temps, l’UMP a finalement réagi sur Le Post. Le porte-parole adjoint, Dominique Paillé, y déclare : « ce n’est pas parce qu’il y a des Noirs sur la photo qu’il y a stigmatisation ! Je suis assez surpris par cette polémique. Et s’il n’y avait eu que des Blancs, il n’y aurait pas eu de drame ». Cette argumentation trouve un certain écho. Dans les commentaires qui émaillent les différents articles sur ce sujet (voir par exemple ceux du journal Le Monde), des internautes dénoncent « l’angélisme » qui consiste à nier que la majorité des délinquants soient à l’image de cette photo.

Dans son Enquête sur l’entendement humain (1748), David Hume montre en quoi la réunion de deux termes, en l’occurrence cette image et l’idée de délinquance, peut revêtir tour à tour l’aspect d’une « association » et d’une « connexion ». Dans le premier cas, qui correspond à l’argument de Dominique Paillé, la réunion est purement circonstancielle : un délinquant se trouve par ailleurs être un jeune homme à la peau noire et portant certains habits, mais les deux ne sont pas nécessairement liés. Dans le second cas, que les détracteurs de l’UMP mettent en accusation, on épouse un raisonnement de la forme : « si c’est un jeune homme à la peau noire et vêtu d’une certaine façon, alors c’est un délinquant ». Il est extrêmement difficile de discerner ces deux interprétations, car elles ont une origine commune, l’expérience, et relèvent toutes deux de la croyance. Elles se conjuguent même dans certains esprits : chez ceux qui, par exemple, estiment que les jeunes hommes de couleur noire ne sont pas tous des délinquants, mais que beaucoup de délinquants sont tels. Ce dernier raisonnement relève d’une association coutumière qui prend l’aspect d’une connexion logique. Hume permet cependant de faire une différence. Contrairement à l’association, la connexion se manifeste comme une certaine anticipation. Exemple : à la vue d’un jeune homme à la peau noire, on suppose aussitôt qu’il commettra un délit. Or c’est bien ce qui s’est passé sur le site de l’UMP, puisque les protagonistes sur la photo ne commettent aucun acte délictueux : ils marchent dans la rue, discutent peut-être ; ils ne vandalisent rien et n’agressent personne. Et pourtant leur seule image illustre un article sur la délinquance, comme si de celle-ci on pouvait inférer immédiatement une telle idée. Ainsi, contrairement à ce qu’affirme Dominique Paillé, cette photo et ce titre procèdent bien d’un lien de cause à effet, entre un stéréotype visuel et une idée, et non d’une simple association circonstancielle.

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Politique

Une boutique nommée désir

Au Passage du désir, une boutique érotico romantique de la place parisienne, les produits coquins riment avec humour. On y trouve une gamme de soins dédiée au développement durable du couple…

Poster un commentaire

Classé dans Mes vidéos, Newzy

Feldman pose ses cartons

Après s’être fait un nom dans la pub, Jean Feldman pose ses cartons à la galerie LC, à Paris. Une exposition d’art brut étonnante, au style new-yorkais.

« Je n’ai pas quitté la pub, c’est la pub qui m’a quitté ». Jean Feldman, dont Jacques Seguela dit qu’il a tout inventé, s’est recyclé dans la sculpture à base de cartons usagés. Il exprime son rejet du marketing contemportain et raconte la genèse de son exposition.

Poster un commentaire

Classé dans Loisirs, Mes vidéos, Newzy

Le luxe est grand, Lagerfeld est son prophète

Le luxe est une religion. C’est la thèse pour le moins paradoxale que défend Frédéric Winckler, président de l’agence de publicité JWT Paris. En effet, les grandes marques ont leurs symboles, leurs messes, leurs prophètes et le lot de croyants qui va avec. Démonstration.

Lire l’intégralité du dossier luxe sur www.newzy.fr

Poster un commentaire

Classé dans Mes vidéos, Newzy, Religion