Comment améliorer les relations entre police et citoyens ?

Une vaste étude comparative sur les relations entre police et population à travers le monde a été publiée récemment. Si les situations sont inégales selon les pays et les régimes, la France fait figure de mauvaise élève au sein de l’Union européenne. Comment restaurer la confiance entre policiers et citoyens ? Éléments de réponse avec le politologue Sebastian Roché, codirecteur de l’étude. Cette interview est parue dans CNRS le Journal et CNRS News.

La bonne santé d’un État et de sa vie politique serait fortement corrélée aux rapports qu’entretiennent une police et sa population. © AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT

 

Les relations entre policiers et citoyens peuvent être bonnes ou mauvaises, a fortiori d’un pays à l’autre, comme l’indique l’étude comparative que vous venez de faire paraître avec le sociologue Dietrich Oberwittler… Mais que révèlent-elles dans tous les cas ?

Sebastian Roché : La confiance qu’une population accorde aux forces de l’ordre est un facteur de cohésion sociale. Plus les citoyens perçoivent l’action des policiers comme légitime, plus ils adhèrent à leurs institutions. Et réciproquement, vous serez d’autant plus enclin à soutenir votre police si vous soutenez le régime politique. Ces effets peuvent sembler évidents, mais jusqu’à présent, l’essentiel de la littérature scientifique portait sur les États-Unis – les polices municipales américaines, donc –, tandis que nous avons comparé des pays comme la France, l’Allemagne, la Turquie, le Nigeria ou encore le Japon…

« La façon dont se déroule un contrôle de police joue un rôle majeur pour l’établissement de la confiance. »

Des instruments de mesure de la légitimité, nouveaux et standardisés, ont vu le jour avec le projet Eurojustis (soutenu par l’Agence nationale de la recherche), et ont pu être utilisés dans nombre de nations. Ce travail nous permet de montrer que les relations entre une police et une population varient selon le contexte national (la culture, le fonctionnement des institutions…), et de proposer des pistes pour améliorer la situation, notamment en France et en Europe. De façon plus fondamentale, nous espérons contribuer à l’analyse de la légitimité politique et de ses ressorts, de ce qui fait qu’une personne adhère à l’ordre politique ou au contraire le rejette, voire le combat.

 

Quelles sont les grandes tendances à travers le monde, pourquoi fait-on confiance ou non à sa police ?
S. R. : L’égalité de traitement est un pilier majeur de la production de la confiance, qu’il faut entendre en deux sens. Il y a d’abord ce qui a trait à la « justice distributive » de la police : c’est, en particulier, l’égalité devant le fait d’être contrôlé, ou aidé, par la police. De manière générale, ce principe est rarement respecté. Dans les pays où les contrôles sont fréquents, certaines catégories de la population, les minorités, sont davantage ciblées que d’autres. Ça n’est pas toujours volontaire, beaucoup de policiers sont sincères lorsqu’ils disent ne pas faire de discrimination, mais il existe des biais inconscients ou des routines professionnelles… À l’inverse, certains comportements policiers peuvent être volontairement discriminants ou stigmatisants.

Ensuite, il y a la question de l’inégalité de traitement durant un face-à-face, la « justice procédurale ». Concrètement, il s’agit de la façon dont se déroule un contrôle, qui joue un rôle majeur pour l’établissement de la confiance : êtes-vous respecté ? Avez-vous la possibilité d’exprimer votre point de vue ? Évidemment, la situation est critique dans les régimes autoritaires : la population, et les minorités persécutées, n’accordent guère de légitimité à la police, tandis que les partisans du régime lui font généralement confiance… Mais ces deux mécanismes – distributif et procédural – sont également à l’œuvre dans les démocraties.

Contrôle autoroutier de la police allemande près d’Aix-la-Chapelle, en novembre 2015. D’après l’étude de Sebastian Roché et Dietrich Oberwittler, les policiers allemands pratiquent davantage le dialogue avec la population lors d’un contrôle que ne le font leurs homologues français, suscitant un rapport de confiance plus important. © MARIUS BECKER / DPA / AFP

 

Comment décririez-vous la situation française, par exemple ?
S. R. : Elle est assez mal placée en Europe. Lorsque l’on compare le degré de confiance accordé à la police, nous sommes dans le tiers inférieur de l’Union européenne à 27, plus proches de la Grèce et de la Bulgarie que de l’Allemagne ou du Danemark. On retrouve chez nous sans surprise les deux faiblesses que j’évoquais : un ciblage excessif des minorités, ethniques notamment, dont il est en outre plus difficile de débattre qu’en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, par exemple ; et, d’autre part, des modalités d’intervention plus autoritaires. La comparaison entre la France et l’Allemagne est éclairante à cet égard. Nos agents baignent dans une culture fondée sur le principe « force doit rester à la loi », tandis que les Allemands communiquent davantage lors de leurs interventions.

Si un policier français vous contrôle, par exemple, il s’imposera et se dispensera d’explication. À l’inverse, un agent allemand utilisera le dialogue et évitera la confrontation verbale. Ça n’a l’air de rien, mais ça change tout ! D’autre part, le contrôle au faciès est beaucoup moins pratiqué en Allemagne qu’en France. En conséquence, le niveau de confiance du principal groupe minoritaire – turc et musulman – s’avère quasi égal à celui du reste de la population. En France à l’inverse, les musulmans, presque toujours d’origine nord-africaine, sont massivement contrôlés et témoignent en retour d’un niveau de défiance plus élevé que la moyenne

« Nos agents baignent dans une culture fondée sur le principe « force doit rester à la loi », tandis que les Allemands communiquent davantage lors de leurs interventions. »

On notera de plus qu’en Allemagne, la forte religiosité des adolescents musulmans augmente la confiance dans la police, mais qu’en France, elle a l’effet inverse. La religiosité peut ainsi servir de lien ou opposer les croyants et les forces de l’ordre suivant le contexte national. L’effet du contexte s’explique sans doute par les processus de sécularisation, l’histoire des relations entre l’État et la religion, marqués par des tensions vives en France, mais pas en Allemagne.

 

Peut-on s’inspirer des pays « bons élèves » pour améliorer la situation en France ?
S. R. : Compte tenu de notre étude, il nous paraît essentiel de limiter et d’encadrer précisément l’usage des contrôles. Ils ne permettent quasiment jamais de détecter une infraction, sont inefficaces d’un point de vue sécuritaire et enveniment les relations entre police et population. D’autre part, des réformes plus structurelles pourraient être mises en œuvre. Les pays scandinaves mettent l’accent sur la recherche de la confiance par les policiers, et ont développé des mécanismes approfondis de contrôle de leurs représentants : la corruption et les passe-droits y sont beaucoup moins tolérés qu’en France, non seulement au sein des administrations et donc de la police, mais aussi dans le cadre de la vie politique ou économique. Ces pays se caractérisent en retour par une forte confiance accordée au gouvernement et aux forces de l’ordre. Cela va de pair : plus les relations entre police et population sont apaisées, plus les citoyens reconnaissent la légitimité de leur système politique, et réciproquement.

« Plus les relations entre police et population sont apaisées, plus les citoyens reconnaissent la légitimité de leur système politique, et réciproquement. »

Enfin, l’intégration des populations minoritaires reste un levier essentiel. En août 2014, un policier américain a tué un jeune Noir à Ferguson, et des collègues américains qui ont contribué à ce travail ont pu observer l’évolution de l’opinion. Il est apparu de façon frappante que la confiance des Afro-Américains envers la police – qui était déjà peu élevée – a chuté, tandis que celle des Blancs est restée au même niveau. Résorber les discriminations et les clivages ethnico-sociaux semble impératif pour restaurer un certain niveau de confiance.

La mort d’un jeune Noir à Ferguson (Missouri, États-Unis), abattu le 9 août 2014 par un policier (qui ne sera pas inculpé), a mis le projecteur sur les pratiques discriminatoires de la police américaine à l’égard des Noirs, entraînant des manifestations et des émeutes dans tout le pays. Ici, à Ferguson même, un an après le drame, le 10 août 2015. © Scott Olson/Getty Images

 

Qu’en est-il des régimes marqués par des conflits ? La population reconnaît-elle une légitimité à sa police ?
S. R. : Contrairement à une idée reçue, aucune société n’est viable sans un minimum d’adhésion au sein de sa population. On constate effectivement des taux de confiance extrêmement faibles dans certains pays, au Nigeria par exemple. La police y est perçue comme fortement corrompue, au même titre que son gouvernement, d’autant qu’elle est historiquement une invention coloniale dédiée au contrôle des autochtones et à la défense des intérêts économiques et politiques britanniques – ce qui a laissé des traces… Le plus souvent, on retrouvera de forts clivages en fonction des groupes sociaux ou politiques.

La Turquie est un exemple intéressant : c’est une « démocrature », dans le sens où il y a des élections, mais une forte concentration des pouvoirs et de nombreuses atteintes aux droits de l’opposition. La population majoritaire (sunnite) soutient le parti au pouvoir et fait confiance à la police, tandis que les minorités – kurdes notamment – sont dans une relation de défiance marquée, liée au conflit armé dans le sud-est du pays. Les identités sociales, religieuses et politiques sont des déterminants du soutien à la police. Une chose reste sûre : la bonne santé d’un État et de sa vie politique est fortement corrélée aux rapports qu’entretiennent une police et sa population. Nous aurions tout intérêt à développer d’autres outils d’analyse et à encourager la transparence pour améliorer notre système institutionnel. ♦
À lire aussi :
De la police en démocratie, Sebastian Roché, Grasset, 2016, 384 pages, 22 €

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Politique, Société

Les commentaires sont fermés.