Quelle place pour la douceur aujourd’hui ?

La douceur a bonne presse : méthodes douces, « éducation non violente », potion new age – aromathérapie, aliments relaxants… – “soft skills” dans l’entreprise, etc. Dans une société plus en plus dure et parfois violente, s’offrir quelques instants de tendresse fait du bien… au risque de surfer sur une tendance de consommation encouragée par la pub, et de refuser tout forme de confrontation même salutaire.

vdeemt

Cet article est paru dans Version Femina (n° 775, semaine du 6 au 12 février 2016). À lire pour aller plus loin : Puissance de la douceur (éd. Payot), de la philosophe et psychanalyste Anne Dufourmantelle, Le syndrome du bien-être (éd. L’échappée), de Carl Cedeström et Andre Spicer, Marketing de l’agro-alimentaire (Dunod), de Philippe Aurier et Lucie Siriex, et Heureux comme Crésus ? (Eyrolles), de l’économiste Mickaël Mangot.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Loisirs, Société

Les commentaires sont fermés.