Gilles Deleuze, le philosophe artiste

Intellectuel emblématique des années 1970, Gilles Deleuze s’est donné la mort le 4 novembre 1995. Créer fut son maître mot : il n’a cessé de chercher comment libérer la réflexion de tous les carcans pour inventer de nouvelles façons de penser, de sentir et de vivre.

 illustration tirée de l’ouvrage "Comprendre Deleuze" de P. Mengue et A. Cavaillez, éd. Max Milo

illustration tirée de l’ouvrage « Comprendre Deleuze » de P. Mengue et A. Cavaillez, éd. Max Milo

« Qu’est-ce que ça veut dire ? » « Qu’est-ce qui s’est passé ? » Gilles Deleuze avait le goût des questions simples qui recèlent d’immenses problèmes. C’était sa clé d’entrée pour capter l’attention du plus grand nombre ; non pas tant les savants, espérait-il, que « ceux qui savent peu de chose, qui ne sont pas pourris par la psychanalyse » et les savoirs institués. Vingt ans après sa mort, ses essais continuent de faire un carton en librairie, la « pop’philosophie » dont il rêvait s’est imposée – plus ou moins fidèle à l’originale –, les vidéos de ses cours et de son abécédaire  font des milliers de vues sur Internet. Pour une raison simple : Deleuze était un professeur hors pair. Rien ne l’attristait tant que « la philosophie générale et abstraite » [ lire la suite… ]

Pour lire la suite de cet article,
choisissez une de ces formules :

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie

Les commentaires sont fermés.