La « rentrée féministe » du Gouvernement

© Tim Douet

© Tim Douet

IVG, retraites, entrepreneuriat, sensibilisation aux stéréotypes sexistes à l’école… La ministre des Droits des femmes poursuit sa campagne sur plusieurs fronts.

Sur www.lyoncapitale.fr

Ce lundi 16 septembre, Najat Vallaud-Belkacem défend devant le Sénat son projet de loi pour l’égalité hommes-femmes (lire ici notre entretien avec la ministre). Elle devrait à cette occasion confirmer la création du premier site officiel d’information sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG), prévue pour la fin du mois. “Nous allons travailler en lien avec Google pour que des associations telles que le Planning familial soient à l’avenir mieux référencées dans les moteurs de recherche sur Internet”, précise l’entourage de la ministre (La Croix, 13 sept.). Cette mesure figure dans un rapport du Haut Conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes, remis vendredi au Gouvernement.

“Alors qu’une information fiable et accessible est fondamentale pour garantir l’exercice du droit à l’avortement par les femmes, les organisations anti-IVG sont les plus visibles et les plus accessibles”, regrette le Haut Conseil. Leurs sites ont une apparence neutre et institutionnelle, alors qu’ils délivrent “une information biaisée voire hostile à la pratique de l’IVG” – un constat que faisait déjà l’AFP au terme d’une enquête publiée en février dernier. Le Gouvernement voudrait donc rééquilibrer la balance, en mettant des informations plus neutres au premier plan, une démarche que les associations anti-IVG assimilent à de la “propagande”. “On ne peut que regretter sa volonté de donner une plus grande visibilité au Planning familial, mouvement qui milite ouvertement en faveur de l’avortement”, accuse ainsi Caroline Roux, secrétaire générale d’Alliance Vita. Le ministère de la Santé rétorque qu’il “ne s’agit pas de faire la promotion de l’avortement mais celle de son droit, du droit au choix”.

ABCD de l’égalité

Nouvel épisode dans le débat qui oppose le Gouvernement à des mouvements d’inspiration conservatrice, cette initiative s’inscrit dans le cadre de la campagne que mène Najat Vallaud-Belkacem pour les droits des femmes, depuis l’élection de François Hollande. Interrogée sur RTL, la ministre a d’ailleurs qualifié la rentrée de “féministe” : “C’est une rentrée où les droits des femmes progressent : en milieu scolaire, avec le lancement des modules ABCD de l’égalité dès le plus jeune âge par exemple, grâce à la réforme des retraites, grâce au plan pour l’entrepreneuriat féminin, et surtout grâce au projet de loi-cadre pour l’égalité.” Lyon Capitale a d’ailleurs consacré son dossier de rentrée aux dispositifs mis en œuvre par la ministre à l’école primaire : des kits pédagogiques sont expérimentés dans dix académies, dont celle de Lyon, pour sensibiliser les enfants à l’égalité hommes-femmes en luttant contre les stéréotypes sexistes.

Là encore, ce programme oppose le Gouvernement aux mouvement issus de la “manif pour tous”. Dans la ville de Pau, par exemple, devant l’école des Lauriers, un collectif de parents d’élèves a dénoncé une incitation “à choisir sa future orientation sexuelle” dès six ans (cité par Sud-Ouest, le 5 sept.). Les Associations familiales catholiques (AFC) redoutent de leur côté “une démarche de déconstruction” des repères (La Croix, 5 sept.), voire la négation de l’identité biologique de l’enfant. “Nous combattons les inégalités sociales, pas la différence des sexes”, réplique Najat Vallaud-Belkacem dans Lyon Capitale ce mois-ci.

Sur quoi se fonde le projet du Gouvernement (études, expériences locales), où en est la recherche sur les différences entre les filles et les garçons, qu’est-ce que la “théorie du genre” et quelle est la réalité de son implication dans cette politique… Lyon Capitale-le mensuel de septembre éclaire tous les aspects du dossier dans son numéro de rentrée (aperçu à lire ici). En vente en kiosques depuis le 30 août, et dans notre boutique en ligne.

—–

À consulter sur le Web :

– sur le site du Sénat : le dossier législatif du projet de loi “pour l’égalité entre les hommes et les femmes”

Le rapport du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, relatif à l’accès à l’IVG

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Lyon Capitale, Politique, Société

Les commentaires sont fermés.