Bouddhisme : des manuscrits vieux de 2000 ans remis au goût du jour

Un ensemble de textes fondamentaux pour la culture bouddhique est près à l’étude, après six ans de restauration.

Sur www.lemondedesreligions.fr

© DR

Pour les spécialistes du bouddhisme, c’est un événement majeur : la Chine vient d’achever le catalogage des textes sacrés de Pattra, un ensemble de manuscrits vieux de quelque deux millénaires. « L’origine du bouddhisme réside dans ces lignes, affirme Lhapa Phuntsok, directeur général du Centre chinois de recherche sur le Tibet, cité par le site french.peopledaily. Il est extrêmement important pour les Asiatiques du Sud qui souhaitent en savoir plus sur les racines de cette philosophie. »

Rédigé en sanskrit, c’est un recueil de textes littéraires, spirituels, mais aussi de codes de loi ou de traités scientifiques. Il a fallu six ans pour identifier et classifier les 60 000 manuscrits disséminés dans tout le Tibet – près 80 % de l’ensemble original, selon des experts cités sur cn.loveallnews.com. « Les conditions géologiques de la région ont aidé a préserver les manuscrits », explique Lhapa Phuntsok. Une partie reste dispersée dans le reste du monde. Il est rare, en outre, de retrouver les originaux ; beaucoup sont des copies.

Originaire de l’Inde, ces manuscrits auraient été introduits au Tibet et dans le Yunnan dans le cadre d’échanges religieux. Les Bouddhistes des pays du Sud rédigeaient les textes à l’aide de crayons pochoirs sur ces feuilles particulièrement résistantes à l’eau et à la lumière, ce qui facilita leur conservation. Ces recueils ont joué un rôle fondamental dans la propagation du bouddhisme en Asie ; leur étude devrait permettre de mieux connaître « l’histoire des échanges culturels entre la Chine et les pays du Sud, insiste Lhapa Phuntsok, comme le Népal et l’Inde. »

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Histoire, Religion

Les commentaires sont fermés.