Délocalisation : faut-il se compromettre ?

« Offshoring » (délocalisation) : la sentence est tombée. Le responsable d’une plate-forme bancaire annonce à ses subordonnés qu’une part de leur activité sera sous-traitée à l’étranger et qu’ils devront former leurs homologues. Certains décident de jouer le jeu, d’autres envisagent de saborder la formation. Vaut-il mieux subir l’injustice ou la commettre ?

Par Fabien Trécourt pour Philosophie Magazine n°27

Cet article n’est pas disponible en ligne. Acheter ce numéro

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Management, Philosophie, Travail

Les commentaires sont fermés.