Archives de Tag: Vincent Peillon

La révolution sexuelle à l’école

Après le mariage pour tous, le Gouvernement s’attaque aux inégalités hommes-femmes, et ce dès l’école primaire. Expérimentation à la rentrée dans 10 académies, dont celle de Lyon. Atteinte aux droits des parents, s’exclament les opposants, quand ils ne crient pas à l’irruption d’une “théorie du genre” dans les salles de classe.

Egalite-filles-garcons-C-Lefred-Thouron_image-gaucheOser le féminisme… dès la maternelle ! C’est l’ambition de la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, avec les “ABCD de l’égalité”, un kit pédagogique destiné à donner un coup d’élan à l’égalité filles-garçons à l’école.

L’enjeu : abolir les stéréotypes, traiter filles et garçons de la même façon… notamment en agissant au niveau des pratiques éducatives, et pourquoi pas en associant les parents. Une réflexion avec les éditeurs de manuels scolaires est aussi en cours.

Nouvelle occasion de donner de la voix pour les sites dédiés à la “Manif pour tous”, qui dénoncent dans ce programme une violation du droit des parents d’élever leurs enfants comme bon leur semble. Et pour l’Uni (syndicat étudiant proche de l’UMP) de lancer une pétition “contre la théorie du genre à l’école”.

Sur quoi se fonde le projet du Gouvernement (études, expériences locales), où en est la recherche sur les différences entre les filles et les garçons, qu’est-ce que la “théorie du genre” et quelle est la réalité de son implication dans cette politique… Lyon Capitale-le mensuel éclaire tous les aspects du dossier dans son numéro de rentrée.

Au sommaire :

Najat Vallaud-Belkacem © Tim Douet

– Entretien avec la ministre des Droits des femmes
Najat Vallaud-Belkacem défend la cohérence globale de son projet et s’explique sur la controversée “théorie du genre”.

Filles/garçons : quelle est la différence ?
Les chercheurs sont divisés : difficile de mesurer l’impact du biologique et du sociologique sur la construction de l’identité sexuelle.

Comment l’“idéologie du genre” est devenue un repoussoir polémique…  et qu’est-ce exactement ?

Lyon Capitale n° 725 (septembre 2013) est en vente en kiosques dès ce vendredi 30 août, et dans la boutique en ligne.

Poster un commentaire

Classé dans Lyon Capitale, Philosophie, Politique, Société

Mariage gay : « la guerre scolaire » est-elle en marche ?

Le ministre de l’éducation Vincent Peillon est accusé de raviver « la guerre scolaire », un conflit historique entre l’école publique et l’enseignement religieux.

Sur www.lemondedesreligions.fr

Le Ministre de l'Education Vincent Peillon © CHESNOT / SIPA

Le Ministre de l’Education Vincent Peillon © CHESNOT / SIPA

Neutralité : c’est le maître mot du ministre de l’éducation Vincent Peillon, accusé par l’opposition de vouloir relancer « la guerre scolaire ». Interrogé sur RTL, il a indiqué que des cas de prosélytisme lui avaient été signalés dans un certain nombre d’académies, s’agissant de l’ouverture du mariage aux couples homosexuels. Il a appelé vendredi les recteurs à « la plus grande vigilance », notamment dans les écoles privées.

Le secrétaire général de l’enseignement catholique, Eric de Labarre, avait demandé début décembre aux établissements d’organiser des débats sur le sujet. M. Peillon a qualifié cette initiative de « faute » et de  » maladresse ». La présidente du Parti chrétien-démocrate, Christine Boutin, a aussitôt accusé M. Peillon de duplicité. En témoigne, selon elle, une vidéo de la porte-parole du gouvernement : Najat Vallaud-Belkacem s’était rendue dans une école publique, à l’invitation d’une association de lutte contre l’homophobie. Filmée par BFMTV, elle a répondu à un élève, qui l’interrogeait sur le mariage gay : « Ça va permettre plus d’épanouissement, plus de liberté, plus d’égalité dans la société. Il faut comprendre ça comme une avancée. » Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Histoire, Politique, Religion

La morale à l’école : “Pas avant 2015”, selon Vincent Peillon

Le ministre de l’Éducation nationale a déclaré qu’il faudrait encore du temps pour définir les programmes de morale laïque à l’école. Pour cause, cela n’a rien d’évident.

Sur www.lemondedesreligions.fr

Le ministre de l'Education Vincent Peillon, en visite dans un lycée de Lille, le 14 novembre dernier © Baziz Chibane / SIPA

Le ministre de l’Education Vincent Peillon, en visite dans un lycée de Lille, le 14 novembre dernier © Baziz Chibane / SIPA

Les cours de morale laïque attendront. Le ministre de l’Education, Vincent Peillon, qui souhaite les rétablir dès la sixième, a récemment annoncé que cela ne se fera « pas avant la rentrée 2015 », les programmes n’étant pas définis. Agrégé de philosophie — auteur d’une thèse sur Merleau-Ponty —, il assurait pourtant qu’il n’y avait rien de plus simple à définir qu’une morale laïque : « C’est comprendre ce qui est juste, distinguer le bien du mal, c’est aussi des devoirs autant que des droits, des vertus, et surtout des valeurs », déclarait-il au Journal du dimanche. Tout le monde est d’accord sur les grands principes, ajoutait-il à l’envi.

Ça n’est pourtant pas si simple. « Il existe plusieurs morales laïques concurrentes », alerte le philosophe Ruwen Ogien : jouir sans entrave ou revendiquer un droit à la paresse en sont des exemples. « J’aimerais bien voir la tête de Vincent Peillon si on les enseignait à l’école ! » Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Religion