Archives de Tag: cellules souches

Génétique : des “hommes moutons” en laboratoire

Des chercheurs ont implanté des cellules humaines dans un embryon animal. Objectif ultime : la création d’organes destinés à des greffes. Cet article est paru dans Ebdo (semaine du vendredi 9 mars 2018).

Une précédente expérience, en 2017, a consisté à implanter des cellules humaines (en rouge) dans un embryon de porc © Juan Carlos Izpisua Belmonte/Salk

Rassurez-vous, aucun scientifique n’a joué les docteurs Moreau en créant des animaux à tête humaine ; mais l’expérience reste spectaculaire. Une équipe de l’Université de Stanford a annoncé, mi février au congrès de l’Association américaine pour l’avancement des sciences, avoir cultivé des embryons de moutons dotés de 0,01 % de cellules humaines. Ce genre d’organisme “chimère” – composés de cellules ayant des origines génétiques différentes – a déjà été obtenu l’an dernier avec des porcs et des humains, et depuis 2010 avec des souris et des rats. Mais c’est la première fois que deux espèces aussi différentes sont mêlées avec succès.

Expérience interdite en France
Concrètement, les chercheurs commencent par prélever des cellules bien particulières sur un embryon humain. « Au tout début du développement, rappelle le biologiste Pierre Savatier*, directeur de recherche à l’Inserm, certaines ont la faculté de se transformer en n’importe quel type de cellule spécialisée – pour générer tantôt des neurones, tantôt des muscles, etc. » Lire la suite

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Sciences

Pierre Savatier, le chercheur qui veut maîtriser le pouvoir des cellules souches

Voilà près de trente ans que ce biologiste réputé travaille sur les cellules souches pluripotentes, cellules à partir desquelles se forment tous les organes et les tissus d’un organisme vivant. Récemment récompensé par l’Académie des sciences pour ses travaux, il fait le point sur les espoirs que suscitent ces super cellules, notamment pour soigner un jour des maladies neurodégénératives comme Alzheimer ou Parkinson. Mais rappelle aussi la nécessité de soutenir la recherche fondamentale, sans laquelle aucune grande avancée ne peut se faire.

Ce portrait a été publié sur le site de Cortex Mag.

Université fédérale de Toulouse

Pierre Savatier ne court pas forcément après les résultats, mais cela ne l’a pas empêché de se faire remarquer. En octobre dernier, le biologiste, directeur de recherche à l’Inserm, s’est vu décerné par l’Académie des sciences et la fondation Ramsay, un prix pour ses travaux sur les cellules souches. Ces institutions délivrent chaque année deux récompenses dans le domaine de la thérapie cellulaire et de la médecine régénérative : l’une pour des découvertes ayant un intérêt thérapeutique direct et l’autre dédiée à la recherche fondamentale. Pierre Savatier s’inscrit dans la seconde catégorie. A l’heure où le pragmatisme gagne du terrain, en matière de financement de la recherche notamment, il tient à rappeler que d’immenses découvertes sont le fruit du hasard et de la sérendipité, et que de tels travaux finissent souvent par avoir un intérêt pratique. Ainsi, nos GPS et smartphones ne fonctionneraient pas si Einstein ne s’était penché sur les dilatations de l’espace-temps en se demandant ce qui arriverait s’il pouvait chevaucher un rayon de lumière !

Pionnier français des cellules souches pluripotentes

Pierre Savatier, lui, ne s’intéresse pas au cosmos, mais à l’embryon, germe de tout individu humain, mais aussi animal ou végétal. Son laboratoire est le seul en Europe à comparer directement les embryons de différentes espèces : souris, poulets, lapins… et hommes, bien sûr. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Sciences