Archives de Tag: esprit

À lire : « Conscience et matière », de François Kammerer

Il semble relativement facile de décrire en des termes naturalistes comment notre cerveau perçoit un environnement, comment il analyse et catégorise des stimuli, par exemple. Mais cela ne suffit pas à rendre compte de ce qu’est la conscience dans son ensemble. Nous avons l’intuition que nos états mentaux internes – comme le plaisir, la peur, l’amour ou encore la nostalgie – sont irréductibles à une activité cérébrale et physiologique, et que la conscience que nous en avons est d’un autre ordre. Faut-il dès lors faire une place à quelque principe immatériel, ou même à une âme ? Peu commenté en France, ce « problème difficile de la conscience », selon l’expression consacrée par David Chalmers, est au cœur des recherches internationales en philosophie de l’esprit depuis une trentaine d’années.

Dans cet ouvrage, le philosophe François Kammerer revient en amont de ces débats pour critiquer l’intuition qui les fonde. Selon lui, les expériences conscientes pourraient tout simplement ne pas exister. Les vécus subjectifs que nous croyons ressentir lorsque nous regardons en nous-mêmes seraient reconstruits a posteriori. « Nous sommes, dans le cas de la conscience, victimes d’une illusion introspective. L’esprit n’est qu’un rêve de la matière », affirme F. Kammerer. Cette thèse est radicale et contre-intuitive, tant elle remet en question une évidence apparemment incontestable. Il revient alors à l’auteur d’expliquer pourquoi notre croyance en une réalité de la conscience phénoménale est si profondément ancrée en nous, tout en montrant en quoi une perspective matérialiste fournirait un cadre plus solide pour en rendre compte.

Le propos est souvent technique, mais reste accessible si l’on prend le temps d’en faire une lecture attentive. Il offre une belle introduction à la philosophie de l’esprit, dont les développements en français restent rares.

 

Conscience et matière. Une solution matérialiste au problème de l’expérience consciente, François Kammerer, Éditions matériologiques, 2019, 534 p., 28 €. Cette recension est parue dans Sciences Humaines (n° 329, octobre 2020)

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Sciences

Homo biologicus

Peut-on espérer comprendre l’esprit humain sans commencer par le cerveau et les cellules de notre corps ? Le neurobiologiste Pier Vincenzo Piazza en doute fortement. Pour lui, la dichotomie classique entre le corps et l’esprit n’est pas fondée. Nos oscillations psychologiques, nos comportements, notre culture ou encore notre spiritualité s’expliquent d’abord en termes de mécanismes biologiques. L’auteur décrit par exemple comment des expériences de vie traumatisantes peuvent s’inscrire au fer rouge dans les neurones, comment notre quête du bonheur et du plaisir est un produit de l’évolution, ou encore quelles modifications du cerveau peuvent faire basculer un individu dans la toxicomanie.

Précises et pédagogiques, les analyses neurobiologiques de P.V. Piazza sont d’autant plus convaincantes qu’elles ne versent pas dans un réductionnisme simple que l’auteur critique par ailleurs, s’agissant de la génétique notamment. Certains arguments font mouche : si l’esprit était une entité purement immatérielle, par exemple, comment des objets, des faits ou des événements matériels pourraient-ils avoir un effet sur lui ? Cet essai captivera tout lecteur s’interrogeant sur les rapports entre le corps et l’esprit, la nature et la culture, la biologie et la psychologie.

Seul bémol : en usant et abusant d’expressions telles que « selon les sciences humaines et sociales », P. V. Piazza cède facilement au sophisme de l’homme de paille. Les thèses qu’il attribue aux humanités sont souvent caricaturales et ne correspondent pas à l’état actuel de la recherche, par exemple en philosophie de l’esprit ou en épistémologie. On recommandera donc de survoler voire d’oublier les chapitres abordant l’histoire des idées, pour dévorer avec d’autant plus de gourmandise les parties revenant à la biologie, qui est le vrai domaine d’expertise de l’auteur.

Homo biologicus, Pier Vincenzo Piazza, Albin Michel, 2019, 416 p., 22,90 €. Cette critique est parue dans Sciences Humaines (n° 318, octobre 2019).

Poster un commentaire

Classé dans Psychologie, Sciences

Et l’âme prit enfin corps

Les médecins ont supposé pendant des siècles que l’esprit animait le corps, puis ont considéré qu’il était produit par celui-ci. Des antiques traités sur l’épilepsie aux neurosciences contemporaines, en passant par la phrénologie, retour sur une épopée scientifique.

jan-sanders-van-hemessen-le-chirurgien

Cet article est parue dans La Vie (n°3545-3546, du 8 au 21 août 2013). Pour acheter ce numéro en ligne, cliquez ici.

À lire pour aller plus loin :

querelles cerveauhistoire-cerveauLes querelles du cerveau. Comment furent inventées les neurosciences, dirigé par Céline Cherici et Jean-ClaudeDupont, Vuibert, 2008.

Histoire du cerveau. De l’Antiquité aux neurosciences, André Parent, PUL, 2009.

Poster un commentaire

Classé dans Histoire, Philosophie, Religion, Sciences

L’esprit immatériel existe-t-il ?

La conscience peut-elle fonctionner indépendamment du cerveau ? Pour les uns, des expérimentations de sorties hors du corps semblent l’attester. Pour d’autres, « l’esprit » n’est pas une entité mais un ensemble de phénomènes cérébraux.

001 COUV59.indd

 

 

Cette enquête est parue dans le dossier du Monde des religions (n° 59, mai – juin 2013) consacré au problème de l’âme. J’ai réalisé  l’article sur l’état de la recherche scientifique (pp. 42-44) et l’entretien avec Daniel Andler (pp. 48-49).

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Psychologie, Religion, Sciences