La sagesse de Stars Wars, tu découvriras

Le neuvième épisode de La Guerre des étoiles sort le 18 décembre au cinéma, concluant provisoirement une saga entamée… en 1977 ! Le philosophe Gilles Vervisch, déjà auteur de La philo contre-attaque en 2015, récidive pour l’occasion avec Star Wars, le retour de la philo (Le Passeur, 2019), dédié aux dimensions politiques, existentielles ou encore métaphysiques du célèbre space opera. Car George Lucas rêvait de conjuguer un film de guerre du type Apocalypse Now, un récit de samouraï à l’image du cinéma d’Akira Kurosawa, des considérations spirituelles d’inspirations européenne et surtout asiatique – bouddhisme, taoïsme, bushidō…

Ainsi les chevaliers Jedi, sorte de maîtres zen, apprennent à leurs jeunes élèves à se libérer des apparences pour découvrir la force tapie en toute chose. Ils s’opposent aux sombres Sith, parvenus à la tête d’un empire à force de manœuvres politiques et de stratégies d’asservissement. Leur affrontement illustre une opposition philosophique classique entre l’intuition et la technique. Les Jedi désapprennent à penser et à raisonner pour se fier à leur instinct. Ils privilégient de ce fait un mode de vie épuré, proche de la nature et ascétique. La philosophie de Henri Bergson n’est pas loin, mais conjuguée aux stoïciens et aux épicuriens !

À l’inverse, leurs adversaires passés du côté obscur, les Sith, dont Dark Vador est devenu la figure emblématique, misent tout sur les calculs d’intérêts et la force brute. Rien ne leur semble procurer davantage de puissance que les innovations technologiques, les vaisseaux surpuissants, les « pistolasers » et bien sûr l’arme de destruction massive appelée « Étoile de la mort ». Cette ultime dérive d’une rationalité technicienne finit-elle immanquablement par se retourner contre elle-même ? Réponse dans les ouvrages de Gilles Vervisch… ou sur les écrans !

Cet article est paru dans Sciences Humaines (n° 321, janvier 2020)

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Pop culture

Les commentaires sont fermés.